La XXVème heure

turner

Cher visiteur,

La XXVème heure est ce moment de grâce, où tout est naturel, où le présent se veut indicatif sans être conditionnel... et cet instant révèle des terres fertiles, entre le jour et la nuit, au rythme des mots, des phrases... du livre qui nous accompagne. Déjà hier s'est fondu parmi les ombres du passé, demain n'a pas encore surgi du futur. Vous avez découvert un espace intermédiaire où les affaires de la vie ne font pas intrusion; où l'instant fugitif daigne s'attarder pour devenir un vrai présent; un  lieu où le temps, lorsqu'il se croit à l'abri des regards, s'assied au bord du chemin pour reprendre son souffle.

C'est vrai, lire est un acte égoïste, une délectation solitaire. Mais on lit par amour! On tombe amoureux d'une histoire, des personnages, de l'auteur et enfin... de la littérature. Cette altesse à laquelle on donne rendez-vous chaque fois que l'on s'abandonne à un nouvel ouvrage. C'est là que se trouvent mes parfums d'enfance, mes joies, mes plaisirs, mes surprises... Plus que les Hommes, les livres m'ont construit. Je leur dois ma vision du monde et ce que j'en comprends. Les écrivains sont mes amis, leurs héros mes compagnons, leurs héroïnes mes secrètes maîtresses. 

Ces quelques chroniques disent ma gratitude. Je suis leur enfant tout à la fois rebelle et soumis. J'ai vécu leurs œuvres. Je me suis baigné sur une plage à Corfou avec Ulysse, j'ai marché dans Rome et au Lac de Côme avec Stendhal, navigué en mer et fait la guerre d'Espagne avec Hemingway, passé des matinées à Manosque avec Jean Giono, j'ai été Bel-ami et Rastignac, J'ai plongé dans le cœur des femmes avec Zweig et dans celui des Hommes avec Hugo... Quelques-uns aussi m'ont suivi partout, tandis que de nouveaux interpellent ma curiosité.

Posté par didier debroux à 17:01 - Commentaires [14] - Permalien [#]


L'affaire des corps sans tête, l'affaire de l'homme à l'escarpin - Jean-Christophe Portes

Enoooooorme coup de coeur! Tout à la fois polars et romans historiques, les enquêtes de Victor Dautrive, artistocrate qui a fait sauter sa particule, combinent avec jubilation le meilleur de ces deux mondes. Une plongée dans les arcanes de l'après révolution, là où les conspirations, la corruption et les trahisons forgent le futur de la France...     

L'affaire des corps sans tête

51Ic186szHL

1791. On découvre des cadavres dans la Seine, nus et la tête coupée. Malgré l’émoi que cela provoque, Victor Dauterive, jeune officier de la nouvelle Gendarmerie nationale n’a guère le temps de s'en préoccuper : Lafayette, son mentor, l’a chargé d’arrêter Marat, ce dangereux agitateur qui en appelle au meurtre des aristocrates. Une mission qui tourne vite au cauchemar pour l’enquêteur qui joue sa vie en posant trop de questions. Les vainqueurs de la Bastille sont-ils de vrais patriotes ou des activistes corrompus ? Existe-il vraiment un Comité secret aux Tuileries, dans l'ombre de la Cour ? Et n’y aurait-il pas un lien entre Marat et ces corps flottant dans la Seine ? Peu à peu, Victor Dauterive lève le voile sur un effrayant complot.

Une conspiration qui pourrait changer le cours de la Révolution…

L'affaire de l'homme à l'escarpin

couv-affaire-homme-escarpin-DEF

Depuis l'arrestation de  Louis XVI à Varennes, la France flirte avec la guerre civile. Convoqué par Lafayette, le gendarme Victor Dautrive se voit confier une mission délicate: sauver la Révolution. Une semaine pour empêcher un coup d'état. Nous sommes donc à Paris, en 1791 et un jeune homme est découvert assassiné dans un quartier populaire. Il est nu, à l'exception d'une paire d'escarpins vernis et cela ressemble à un vol qui a mal tourné. Mais quand on apprend que le jeune homme travaillait pour un journal politique, l'affaire prend une tout autre tournure. Dauterive découvre que cet assassinat est lié aux intrigues se jouant dans les hautes sphères du pouvoir. Dans l'ombre, le parti du duc d'Orléans fait tout pour s’emparer du pouvoir. Dans les bas-fonds de la capitale, entre aristocrates et révolutionnaires, le jeune officier ne sait plus à qui se fier. Le danger est à chaque coin de rue. Surtout quand on s'approche un peu trop près de la vérité... 

Passionnants, intelligents, haletants, les romans de Jean-Christophe Porte révèlent un auteur surdoué, conteur magistral, qui éclaire l'Histoire par le détail. Il réalise un subtil portrait de l'espèce humaine toujours prête à détruire ce qu'elle a acclamé la veille, ne reculant ni devant une flagornerie, ni devant une trahison pour une distinction...  La plume est vive, enivrante, ciselée. Bref, un régal!

Rencontre avec Jean-Christophe Portes - L'affaire des corps sans tête

La Baleine Thébaïde, Pierre Raufast

la_baleine_thebaide

Troisième roman. Et vlan, une nouvelle réussite! L'auteur de La Variante Chilienne réalise un nouveau coup de force avec cette fable tourbillonante qui entraîne le lecteur sur les berges de la grande aventure. Pierre Raufast confirme son talent d'incroyable conteur conjuguant récit, uchronie, romanesque... où planent les ombres de Melville, Orwell, Wells.  

L'histoire? Celle de Richeville, jeune homme timide et idéaliste, fraîchement diplômé d'une grande école de commerce. Mais lui, ne partage pas les ambitions de ses condisciples, ceux qui se voient déjà en futurs maîtres du monde dans les arcanes de la finance ou de la politique. En perte de repères, il se laisse tenter par une petite annonce discrète qui semble lui ouvrir les portes d'une odyssée. Le voilà donc au nord de l'Alaska où il embarque sur un étrange bateau. Objectif : retrouver la fameuse « baleine 52 », qui chante à une fréquence unique au monde. Malheureusement, l’équipage affrété par le sinistre Samaritano Institute a d’autres desseins. Se confrontent alors, l’inquiétant Dr Alvarez, un hacker moscovite, une start-up californienne, une jolie libraire et des cétacés solitaires, mutants ou électroniques qui emmènent Richeville au-delà de l'improbable.

114073620

On se laisse emporter par la plume de l'auteur tout à la fois nerveuse, humoristique, ciselée, sur les rivages de la folie des hommes. Et Pierre Raufast de plaider pour une réflexion sur les limites de la science, l'écologie et... le sens de nos vies. Bref, un régal!

114073528

Posté par didier debroux à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Panier garni rentrée hiver 2017

Au jour le jour, Paul Vacca, Belfond

CVT_Au-jour-le-jour_1557

Avec Brio, Paul Vacca entraîne le lecteur dans la fascinante épopée littéraire que fut "Les Mystères de Paris". Dans un subtil mélange de faits réels et de fiction, Eugène Sue se voit mis en abyme par une ville envoutante... L'histoire? Espérant trouver un nouveau souffle, Eugène Sue, feuilletoniste à succès, décide de s'aventurer dans les bas-fonds de la capitale, travesti en ouvrier. À quelques encablures seulement des beaux quartiers, il découvre, ébahi, la réalité poisseuse des faubourgs. Un monde nouveau s'ouvre à lui, baroque et hanté : celui de la pauvreté et du crime. De cette immersion naissent Les Mystères de Paris. Un succès miraculeux qui hypnotise la France entière, de l'ouvrier au ministre, et dont la rédaction quotidienne devient une aventure virevoltante mêlant dans un délicieux vertige la réalité à la fiction... Au Jour le Jour rend un hommage complice à ce genre populaire et addictif qui s'inventait alors, plus d'un siècle avant les séries télévisées ! Il souligne aussi l'étonnante puissance de la littérature à changer nos vies et à réinventer le monde... même quand elle s'écrit au jour le jour. Un best seller qui se révèlera un témoignage unique et passionnant sur la condition du peuple. Paul Vacca livre un véritable "page turner" où humour et profondeur se conjuguent pour célébrer un homme, une ville, et... la littérature. Bref, un régal!

Debout sur mes paupières, Jessica L. Nelson, Belfond

9782714474216

Véritable exercice littéraire que ce roman choral, aux multiples entrées, qui explore les arcanes de la création artisitique. Elisabeth, l'aube de la quarantaine, a tout pour être heureuse: une vie bourgeoise, un mari, un enfant, fréquente les "beautuful people"... Et pourtant son existence millimétrée demeure un grand vide. Elle sculpte pour oublier qu'elle a renoncé à ses rêves d'enfance. La rencontre, lors d'une exposition, avec une artiste oubliée, Lee Miller, qui fut entre autre, photographe, muse des surréaliste, mannequin, et qui incarne à elle seule la liberté, va résonner en écho chez Elisabeth au point de la conduire aux berges de la folie. Voici donc l'histoire de deux femmes, en jeu de miroirs, contée par une troisième, la narratrice, qui mène l'enquète sur le basculement d'Elisabeth et se trouve elle-même envahie par la question obsessionnelle de la création sous tous ses aspects. Entrelaçant l'art et la maternité, Jessica L. Nelson livre un incroyable roman construit tel un labyrinthe autour de ces questions qui font la vie et... la littérature. Bref, un régal!

Les parapluies d'Erik Satie, Stéphanie Kalfon, Joëlle Losfeld Editions

CVT_Les-parapluies-dErik-Satie_5294

Nous sommes en 1901, Erik Satie a trente-quatre ans. Sans ressources et sans avenir professionnel, il délaisse Montmartre et l’auberge du Chat Noir pour une chambre de banlieue sordide où il boit plus qu’il ne compose. Observateur critique de ses contemporains, l’homme dépeint par Stéphanie Kalfon est aussi un créateur brillant et fantaisiste : il condamne l’absence d’originalité de la société musicale de l’époque, et son refus des règles lui vaut l’incompréhension et le rejet de ses professeurs au Conservatoire. Ni biographie ni hagiographie, le premier roman de Stéphanie Kalfon se révèle surtout un hommage et un témoignage sur la vie du musicien. Lors de son décès, l'inventaire de son gourbi, révéla la présence de quatorze parapluies identiques. Un mystère qui suffit à lui seul le déclenchement d'une enquète musicale et la tentation de résoudre l'énigme que demeure, aujoud'hui encore, le compositeur des "gymnopédies".

La naissance du sentiment, Jean-François Kervéan, Robert Laffont

51D0vFbrIpL

Nous sommes avant Socrate, Platon, Aristote et dans la Grèce du Vesiècle avant J.-C. À Sparte, la citoyenne Carthas, veuve de grand guerrier, met au monde un fils, Aphranax. L'enfant présente une malformation invisible, dans une société qui élimine les faibles. Victime d'un sentiment maternel interdit chez les siens, la veuve Carthas va dissimuler cette faille. Sa conduite hors la loi provoque le Destin. Le vieux monde vacille : Athènes poursuit son envol démocratique, les cités doivent s'unir face à l'envahisseur perse, les Dieux semblent lâcher les Grecs. Les rois, les peuples, les Pythies, la pensée basculent vers les temps nouveaux... Un roman érudit qui évite l'écueil de l'ennui, passionnant donc! Une subtile mise en perspective des civilisations occidentales, orientales. Des profondeurs de Sparte résonnent, aujourd'hui encore, les cris de la liberté. Un écho aux temps modernes... Bref, un régal!

Pour que rien ne s'efface, Catherine Locandro

CVT_Pour-que-rien-ne-sefface_1675

Si, souvent, elle prend la plume pour lutter contre la solitude, Catherine Locandro s'entoure, dans ce septième roman, de douze personnages. Douze voix et autant d'existences pour conter un destin, celui de Lila.

"Nous aurons le destin que nous aurons mérité" souligne Einstein. Et l'auteure de "Pour que rien ne s'efface" d'apostropher cette certitude. De son écriture cristalline, elle tisse, en parfaite Ariane, le fil d'une vie, en explore les invisibles chemins, en exhume les arcanes, en écosse les blessures... révélant une femme qui aura moins tenté d'exister que de subsister. Un portrait tout en intelligence guidé par la grâce de comprendre et de ne point juger.

C'est donc l'histoire de Liliane Garcia, alias Lila Beaulieu, comédienne éphémère, égérie de la "Nouvelle Vague" dont la foudroyante beauté enflamma les coeurs cinéphiles. Nous sommes quelque part en 2014 et le corps en putréfaction d'une sexagénaire, retrouvé dans une mansarde du 9ème arrondissement, laisse imaginer qu'elle est décédée, dans une indifférence totale, depuis quelques semaines déjà. Qui est-elle cette femme, vêtue d'un tailleur Chanel, qui ne semble avoir eu comme derniers confidents que la solitude, l'alcool et les médicaments?

Sous forme d'un requiem en douze mouvements, les témoins se succèdent pour égrener les souvenirs et raconter Lila: de son enfance méditerranéenne aux projecteurs cannois et hollywoodiens, de la gloire à l'oubli, de maris en amants, de femme à mère, de hasards en désillusions. Surtout, ce sont les douleurs d'une famille qui se ravivent, les culpabilités, les secrets tus, l'impossibilité de pardonner. Dans ce portrait kaleidoscope s'esquissent les contours de l'existence, les carrefours qu'on emprunte, les raisons de la colère, l'enfance que l'on fuit et à laquelle on ne peut échapper...

Un sublime roman mille-feuille, parfaitement maîtrisé, où s'entrelacent les particules individuelles pour révéler l'universel. Une véritable pépite dans cette rentrée 2017. Bref, un régal!

Posté par didier debroux à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


La Petite Librairie, Tome VI

hqdefault

Nouveau chapitre de La petite Librairie, la meilleure émission littéraire du PAF et de la toile... Comment parler des livres sans se prendre la tête ou la littérature dans tous ses états. Retrouvez les chroniques de Gérard Collard, Fred, Marie, Jean.... et... votre serviteur.

 

5127-cC7AEL

Coup de coeur:

Les vies multiples d'Amory Clay,

William Boyd, Point 

 

 

 

 

 

 

 La Petite Librairie#6

 

Posté par didier debroux à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Premières neiges sur pondichéry, Hubert Haddad

premieresneigesplat1-l-572142

Un magnifique enchantement... un petit bijou que ce roman qui conte le voyage de Hochéa Meintze, violoniste virtuose, fervent de musique klezmer autant que du répertoire classique, qui accepte l’invitation d’un festival de musique carnatique à Chennai, en Inde du Sud. Blessé dans sa chair par un attentat, c’est avec l’intention de ne plus revenir qu’il quitte Jérusalem.

Comme aimanté par les circonstances, après une cahotante équipée qui le mène de Pondichéry à la côte de Malabar, en passant par un ranch de montagne aux frontières du Kerala, il trouve refuge à Fort Cochin, un soir de tempête, au sein de l’antique synagogue bleue. Parce que la grande prière exige un minyan, quorum de dix fidèles, ceux qui sont encore là supplient Hochéa d’être des leurs. Avec la promesse de lui raconter l’histoire ancestrale des juifs de Kochi…
Porté par les figures de Samra, sa fille adoptive, et de Mutuswami, la jeune musicienne qui le guide et l’accompagne, Hochéa s’en remet à un enchaînement de hasards, quitte à affronter une part occultée de sa vie – et l’intuition d’un autre monde, d’une autre histoire, d’un autre exil.
En un tour de force romanesque, Premières neiges sur Pondichéry nous plonge dans un univers sensoriel extrême, exubérant, heurté, entêtant, à travers le prisme d’un homme qui porte en lui toutes les musiques du monde, et accueille l’inexorable beauté de tous ses sens.

Erudit, ambitieux, subtil... Bref, un régal!

Posté par didier debroux à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La chronique de Lydie: Joie, Clara Magnani

image_accueil_1

Gigi, 70 ans, cinéaste, vient de mourir d’une mort rapide. Elvira, sa fille, accourt. En rangeant le bureau de son père, elle trouve un manuscrit de sa main. Inachevé, celui-ci l’intrigue. Elvira pense d’abord à la trame d’un film, avant de comprendre qu’il s’agissait de l’histoire d’amour qu’il vivait depuis plus de 4 ans… Gigi y raconte l’histoire d’amour qu’il vivait avec une femme beaucoup plus jeune que lui : Clara, une journaliste belge de 47 ans. Amour compliceamour total, alors que chacun d’eux est marié et amoureux de son conjoint. C’est justement cet amour qui ne demande rien et qui n’a rien à prouver qui est magnifique à vivre. Mature Love, tel est le nom donné à cet amour par Gigi. Et cette histoire « Mature » se fait l’écho de ces amours soi-disant impossibles après 60 ans.

Livre sublime, rare, écrit dans un style vivant, sans donner de leçons.

D2IZOAFV_400x400

Lydie Zannini

La librairie du théâtre

8 Cours de Verdun

01000 Bourg-en-Bresse

France

Posté par didier debroux à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

A livre ouvert, William Boyd

169220-gf

Une fresque gigantesque, passionnante, qui capte dès les premières lignes. Quelque 500 pages foisonnantes où se bousculent les adjectifs: génial, jouissif!

L'histoire? Né d'une mère uruguayenne et d’un père anglais, l’écrivain et critique Logan Mountstuart (1906-1991), héros du huitième roman de William Boyd, est, à en croire son géniteur, un curieux personnage dont la réussite a consisté à se trouver là où il le fallait quand il le fallait durant la majeure partie du XXe siècle. Collégien précoce, dévoré d’ambition à Oxford, il connaît le succès littéraire à vingt-cinq ans, troque son aristocrate d’épouse contre le vrai grand amour. Dès lors, sa vie prend des allures de montagnes russes : la guerre civile en Espagne, le conflit mondial dans les renseignements sous la houlette de Ian Fleming, la prison pour espionnage en Suisse, les milieux d’art new-yorkais, les tragédies familiales, la déchéance, la pauvreté, l’oubli, avant la fin presque paisible dans le sud de la France. Les bonheurs simples comme les chagrins ravageurs, les multiples rencontres, de Hemingway à Picasso, du duc de Winsor et sa redoutable duchesse à la non moins vengeresse Virginia Woolf, toute cette vie exubérante, LMS nous la livre par le truchement de ses carnets intimes rédigés pendant sept décennies. Une fausse autobiographie ? Un journal fictif ? Plutôt un roman magnifique de vraisemblance où l’auteur prête sa voix à son héros avec virtuosité de ventriloque et se plaît à mêler la réalité et l’invention , pour le plus grand plaisir du lecteur.

Sans doute l'un des meilleurs romans de Boyd qui se révèle magistral, ambitieux, terriblement original et émouvant!

Posté par didier debroux à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La chronique de Lydie: Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel

41Rc0VidNEL

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec. Il faut dire que la tentation est grande d'investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. Encore faut-il qu'il soit construit.

Martial Kermeur vit donc à Brest. Avec son chômage. Et sa prime de licenciement. Tentation d’acheter un bateau, ou un appartement. Mais le destin en décide autrement. Antoine LAZENAC, promoteur immobilier, va s’incruster en ville et diffuser son venin… Quelle sera la réaction du village ?

Tanguy Viel développe un style remarquable teinté de descriptions fouillées, d'une analyse aiguisée des personnages. Une véritable autopsie de notre société.

GÉNIAL !!!

D2IZOAFV_400x400

Lydie Zannini

La librairie du théâtre

8 Cours de Verdun

01000 Bourg-en-Bresse

France