Debroux_Didier_0626

Chers visiteurs,

Pour noël, je souhaiterais deux choses : que l’on consacre plus de temps à connaître l’Homme et au-delà que l’on s’engage sur le chemin du bonheur. Pour cela, je ne pouvais me référencer que d’un maître : Montaigne !

En effet, il ne s’agit pas de croire en l’homme, ni de le mépriser, encore moins de le haïr. Il s’agit de le connaître et de le reconnaître en chacun. C’est l’humanisme vrai, qui n’est pas une religion mais une morale. Montaigne a dit ici l’essentiel: « Tout homme porte en lui la forme entière de l’humaine condition. » Cela ne signifie pas qu’ils se valent tous, mais qu’ils sont tous humains, et méritent par là notre respect: égaux non en fait et en valeur, ce que l’expérience suffit à démentir, mais en droits et en dignité, si nous le voulons.

Pour le vouloir, il faut aussi et avant tout avoir le désir de  l’aimer et don de s’aimer soi-même. Le bonheur a surtout à voir avec un juste amour de soi et de la vie. Une vie que l’on accepte comme elle se présente, avec son lot de joie et de tristesse, en essayant de faire reculer le malheur autant que possible, mais sans fantasme écrasant de bonheur absolu. Une vie que l’on aime en commençant par s’accepter et s’aimer soi-même tel que l’on est, dans une « amitié » pour soi-même comme l’a prôné Montaigne. Une vie qui doit être appréhendée avec souplesse, dans l’accompagnement de son mouvement permanent, à l’image de la respiration, comme le rappellent les sagesses chinoises.  Le meilleur moyen d’être le plus heureux possible, c’est de dire « oui » à la vie.

Joyeux Noël à chacun qui se promènerait sur ce blog, par hasard, intérêt, curiosité, où parce qu’il s’y est simplement perdu…