wesleyIl est de livres qui se présentent comme des évidences et des auteurs qui donnent espoir. Là est, entre-autres choses, le talent de Mary Wesley. Née en 1912 près de Windsor, cosmopolite et bohème, elle a vécu en France, en Italie et en Allemagne. C’est à l’âge de 70 ans qu’elle publie son premier roman, entamant une carrière aussi féconde que tardive. Sept romans, que du top! Et plus de trois millions d'emplaires vendus.

Son créneau? L'humour acide, ironique, ciselé, ... Sa cible? La bourgeoisie, les moeurs victoriennes aussi obsolètes que désastreuses, les épouses frustrées, les maris victimes de leur éducation et... les femmes au caractère trop bien trempé. Mary Wesley connaissait son monde. Enfant mal aimée, fille  d'un colonel dans l'armée des Indes, ayant épousé à 23 ans un lord dont elle dira plus tard pis que pendre dans tous les entretiens qu'elle accordera à la presse, Mary Wesley se sentit libérée par la guerre: «Pour beaucoup de jeunes Anglaises, la guerre a été l'occasion de sortir des sentiers battus, de connaître enfin la vie». Elle travaille au service de décodage de l'armée, flirte avec la censure, les plaisirs, les fêtes... rencontre son second mari, un journaliste, qu'elle suivra à travers toute l'europe.

wesley2Se jouant du bon sens moral, Mary Wesley s'invente avec "Les raisons du coeur" son "Jules et Jim" wesley1made in England... Dinard, printemps 1926. L’hôtel Marjolaine est envahi par une joyeuse colonie anglaise : jeune gens insouciants, aisés, qui jouent au tennis, dansent, organisent des pique-niques… Lors de ces vacances, Flora rencontrera le grand amour : il a pour noms Félix, Hubert et Cosmo. Dix ans plus tard, bafouant tous les principes, en femme libre, elle préférera les trois compères à l’officier de l’armée des Indes que lui destine son père. Choix insensé ? Bien au contraire...

Le côté mamy immorale, l'intelligence des dialogues, les portraits vénéneux, la saveur de l'interdit... on en redemande!