21 juillet 2012

Baptiste, Vincent Borel

Fils de meunier, Giambattista ne veut pas passer sa vie à travailler au moulin familial : Florence, au XVIIe siècle, est bien trop riche de plaisirs et de fastes. Lors d'une beuverie dans les jardins du palais, il saisit un violon et entame une gigue endiablée. Possédé par la musique, celui qui prendra pour nom Jean-Baptiste de Lully vient de s'ouvrir un chemin d'or et de gloire jusqu'à la cour de France... Avec ce plongeon baptismal dans la tête de Giambattista Lulli, mieux connu sous le nom de Jean-Baptiste Lully, dit Baptiste,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2012

La femme fardée, Françoise Sagan

Un huis-clos sur un bateau de luxe où se retrouvent le temps d'une croisière musicale des vacanciers venus d'horizons divers mais qui ont tous en commun - apparemment du moins - le portefeuille bien garni. Un parfum de "Mort sur le Nil". Mais Françoise Sagan, une fois le décor planté, brouille les pistes et plonge dans l'univers du paraître, des convenances, des  mesquineries de la bourgeoisie au charme si peu discret.   Progressivement, de sa plume aiguisée, Sagan craque le vernis, laisse émerger la... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juillet 2012

La conversion de Casanova, Hermann Hesse

Lors d'une conversation, à brûle pourpoint, avec le jeune auteur Harold Cobert (dont je vous recommande la lecture de son opus "L'entrevue de Saint-Cloud"), il remit sur la table Hermann Hesse qui, depuis "Le loup des Steppes" et "le jeu des perles de verre" demeurait un vague souvenir de fin d'adolescence... Et Harold Cobert de me parler avec passion d'un petit texte qu'il ne cessait d'adjectiver comme "formidable!" et de souligner avec force "Malheureusement moins connu...", La conversion de Casanova. Casanova quitte... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 juillet 2012

Rome, Dominique Fernandez

Voici la Rome secrète et baroque de Fernandez. *Avec le photographe Ferrante Ferranti, Dominique Fernandez, qui arpente la cité depuis plus de cinquante ans, a voulu se garder de jouer les "énièmes commis voyageurs d'un prêt-à-porter culturel pour touristes nigauds". Et y a assez bien réussi. Si, après Montaigne, Goethe, Chateaubriand, Stendhal, Michelet et tant d'autres, il nous emmène sur les motifs obligés de la Ville éternelle - comment les ignorer? - il offre un regard pointu, circonstancié, dénué d'envolées lyriques sur le... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 juillet 2012

Les sortilèges de Cape Cod, Richard Russo

Petite chronique en passant d'un roman moins connu de Richard Russo, cet auteur installé dans le Maine rendu célèbre grâce au "Déclin de l'empire Whiting" ou "Le pont des soupirs", mais tout autant savoureux, "Les sortilèges de Cap Cod"!  *Deux mariages et deux enterrements, voilà ce qu'on trouve dans ce roman où un professeur névrosé jack Griffin, 57 ans, quitte le Connecticut et débarque sous l'azur du cap Cod avec son épouse, avant que cette escapade tourne au grabuge conjugal. Et, si Jack ne semble pas très gâté par la... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 juillet 2012

Voyage avec ma tante, Graham Greene

Depuis que j'ai redécouvert Graham Greene (voir La XXVème heure des 25 et 26 juin), il ne me quitte plus. Sorte de plongée sans fin dans l'univers de cet auteur qui fut l'un des plus proches amis d'Evelyn Waugh (une autre de mes références absolues). Bien entendu, j'ai relu les romans dits du cycle catholique, ceux d'espionnage et de divertissement... Mais là, je découvre encore une nouvelle facette de Greene, celle de l'humour avec tout ce quelle contient de So British. "Voyage avec ma tante" se révèle drôle, fin, élégant,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juillet 2012

Un garçon parfait, Alain Claude Sulzer

"Il était recommandé de traiter les clients qui voyageaient seuls avec une prévenance particulière, ne serait-ce que parce qu'ils donnaient les meilleurs pourboires. Contrairement aux couples qui, pendant la journée, étaient occupés à surveiller leurs enfants, les solitaires avaient tendance à bavarder avec le personnel, on échangeait des paroles aimables dans les couloirs, dans la spacieuse cage d'escalier circulaire, le matin sur la terrasse, l'après-midi au jardin. Comme il n'était pas rare que les conversations s'éternisent, il... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,