29 septembre 2012

Quand la lumière décline, Eugen Ruge

"Un joyau", titre l'Express. Waow, un joyau. Généralement, une telle banderole affichée sur la couverture aurait tendance à effrayer. Or, force est de constater que "Quand la lumière décline" se révèle un Grand, un très Grand roman. Cette gigantesque fresque, saga familiale au coeur de l'Allemagne de l'est, est un petit bijou aux multiples nuances concertantes et symphoniques. Ainsi,  Eugen ruge, auréolé du Deutscher Buchpreis, le plus prestigieux prix littéraire allemand, réussit une entrée fracassante sur la scène... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2012

L'amour commence en hiver, Simon Van Booy

Extrait " Je voulais seulement me plonger dans son regard vert, écouter le son cadencé de sa voix, comme si ses mots étaient les notes que j'avais toujours cherché à entendre, celles que je n'avais jamais jouées, les sons mêmes de la vie". "Mon vieux professeur de géographie nous a un jour dit que la musique, les peintures, les sculptures et les livres du monde entier étaient des miroirs dans lesquels nous pouvions distinguer des variantes de nous-mêmes" P.17.
18 septembre 2012

A nous deux, Paris! Benoît Duteurtre

Extrait: "Dès que l'ancienne locataire disparut dans l'escalier, Jérôme, fou de joie, referma la porte et fit demi-tour pour contempler l'appartement. Son appartement, au coeur de Paris : deux belles pièces fraîchement repeintes, séparées par un double battant vitré à croisillons de bois. Et surtout, par terre, ce combiné gris en matière plastique : le téléphone ! Son premier téléphone, accessoire qui résumait l'étape franchie en montant de la province à la capitale. L'appartement, au premier étage, surplombait un petit... [Lire la suite]
16 septembre 2012

Les fidélités successives, Nicolas d'Estienne d'Orves

Extraits ""Oh, ce goût, ce goût...", songe-t-il en dévorant un second fruit. Adam retrouvant l'Eden, il sent les saveurs pénétrer son corps et se diffuser dans chaque véinule. Le moindre pore de sa peau respire l'air marin de Malderney, tandis que les parfums d'herbe coupée, de magnolias, de lauriers, de pins se mêlent en une petite symphonie. Et puis les couleurs. Les couleurs de Malderney...Chacune à son secret, toutes ont un sens qui leur est propre. Ô les variations infinies des tons marins. D'un côté le vert émeraude de la... [Lire la suite]
15 septembre 2012

Certaines n'avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka

  Extrait: "Sur le bateau nous avions emporté dans nos malles tout ce dont nous aurions besoin dans notre nouvelle vie: un kimono de soie blanche pour notre nuit de noces, d'autres en coton coloré pour tous les jours, de plus discrets pour quand nous serions vieilles, et puis des pinceaux à calligraphie, d'épais bâtons d'encre noire, de fines feuilles de papier de riz afin d'écrire de longues lettres à notre famille... ", P. 18
14 septembre 2012

Au pays des kangourous, Gilles Paris

  Extrait: "La plage est minuscule. J'en fais le tour en comptant jusqu'à vingt. Au bord se dresse un château de sable avec deux tours, des fenêtres minuscules et une large porte. Les vagues lèchent l'entrée du château, l'une des deux tours s'effondre. Tout autour de moi, la mer, sans maison au loin, sans bateau à voiles blanches, sans nageur à bonnet blanc. Je m'asseois sur le transat, les pieds dans le sable. Je les retire aussitôt, car le sable est brûlant. La deuxième tour du château de sable vient de s'effondrer. Je... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2012

L'Affinité des traces, Gerald Tenenbaum

    Extrait: "La terre desséchée lui lançait un appel. Tu marcheras ici, oui, c'est ici sur ce sol étranger, que tes pas laisseront leurs traces. Car les traces, comme les hommes, ont leurs dispositions secrètes, tu verras, sur le sable surtout, une trace peut en rejoindre une autre. C'est l'impérissable, l'inaltérable magie propre aux traces, leur mysrérieuse alchimie, c'est l'ineffable affinité des traces". P. 51
Posté par didier debroux à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 septembre 2012

La vie rêvée d'Ernesto G., Jean-Michel Guenassia

Extrait "Souvent, Joseph s'était demandé s'il était responsable de ce silence ouaté qui s'était installé entre son père et lui ou peut-être l'un comme l'autre étaient-ils incapables de se parler, une forme de barrière affective (de ces mots qui n'arrivent pas à s'échapper, dissimulés derrière des sourires de connivence). On se dit, ces paroles vont blesser ou tout gâcher, on les enferme au fond de soi et, avec les années, on les empile jusqu'à dresser un mur infranchissable." 
05 septembre 2012

Rentrée Littéraire: surprises victoriennes

La rentrée littéraire offre également à certains éditeurs l'occasion de sortir du néant de petites merveilles oubliées. Ainsi, soulignons l'initiative d'Archipoche de publier deux romans anglais, deux chefs-d'oeuvres trop méconnus... Paru en 1860, le premier roman de Mary ELizabeth Brandon connut un succès fulgurant. Considérée aujourd'hui comme la pionnière du suspense made in England, elle excelle dans l'art de l'intrigue et du rebondissement. Stevenson et Henry James lui vouaient d'ailleurs une véritable admiration et Thackeray,... [Lire la suite]
02 septembre 2012

L'Amour sans le faire, Serge Joncour

  Extrait "...Tout ça lui revenait comme revient une mélodie quand on se met au piano, une partition qui pour peu qu'on se laisse aller, qu'on se relâche vraiment, mènerait droit vers le sommeil. L'enfance, c'est ce territoire juste là, intact mais parfaitement inatteignable, à moins de fermer un peu les yeux, de s'assoupir dans le parfait coton d'un parfum retrouvé". P.112
Posté par didier debroux à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,