pelot

Les éditions La Branche ont lancé une superbe collection pour les amateurs de littérature de genre: Vendredi 13. L'objectif: rassembler treize écrivains de renom et leur demander de broder 13 romans musclés autour de cette date fétiche. Treize récits d'action, contemporains, où le héros, l'héroïne, met sa vie en jeu pour : un paquet de fric, l'amour, sa liberté, la gloire, la révolution, une utopie.

Un défi relevé par Pierre Pelot qui y publie "Givre noir". L'histoire? Celle d'un quatuor qui évoluera au coeur d'une macabre machination... Ainsi, Nell vit avec son oncle Stany et sa tante Mado, un drôle de couple. Stany est aussi lunaire que Mado est pragmatique. Ce vendredi 13, caniculaire en diable, la routine de la maisonnée est bousculée. Mado rentre du cinéma accompagnée d'une connaissance, Dustin, rencontré par hasard. Par hasard? Nell est méfiante, et sa suspicion se confirme quand elle surprend Mado et Dustin enlacés. Sous les yeux de Nell s'élabore alors un sinistre jeu de piste. Mado, sa chère tante, au trouble passé, pourrait bien avoir organisé une danse savante et macabre.

pelot1

L'art de Pierre Pelot se révèle dans les faux-semblants, les fausses pistes, la tension permanente qui règne à chaque ligne, les descriptions brutes et évocatrices. Cette capacité en quelques mots à planter un décor, à croquer un personnage.

L'art de Pierre Pelot c'est surtout l'art de savoir conter! Et "Givre noir" se révèle d'une redoutable efficacité, servit par une plume trempée dans l'encre noire comme la partition de ce quatuor qui ne s'éclairera qu'à la dernière ligne: Nuit blanche assurée! Et, comme toujours  avec ce génial écrivain, le passé n'est jamais loin...