hopper

Découvrir Hopper autrement

Jean-Pierre Naugrette, outre ses titres académiques est surtout THE traducteur de Stevenson, Conan Doyle ou Conrad. C'est dire si l'homme sait manier l'art du récit, du suspense, de l'intrigue. C'est tout ce talent qu'il met au service de son dernier opus "Edward Hopper, Rhapsodie en bleu". Un incroyable mélange de ficition et de réalité. 

L'histoire? A Paris, en 1906, un photographe américain fait la connaissance du peintre Edward Hopper. Ils se croisent à plusieurs reprises sur les bords de la Seine et sympathisent. Plus tard à New York, le photographe voit à nouveau le peintre et, en prenant des vues urbaines nocturnes pour Hopper, il est témoin d'un crime. Naugrette, mène l'enquête, conte l'histoire de Hopper et l'incroyable relation qui le liait à sa femme, au travers d'un journal.... Au gré de ses investigations, le narrateur met en scène les oeuvres de l'artiste dans le New York des années 1930. On se laisse capter par cette écriture de polar et d'aventure tout en plongeant au coeur des peintures de l'Homme des silences. 

hopper1

Extrait

"La Chevrolet blanche roulait tous phares allumés sur le ruban de la route. Les gouttes de pluie avaient séché depuis longtemps sur le pare-brise. Le ciel avait viré au bleu violet, et l'automobile s'avançait de plus en plus profondément dans les bois. C'était à peine si maintenant, de part et d'autre, on distinguait les collines dont les formes ondulées ressemblaient à des bosses de chameau. Ici et là, une maison blanche en lisière de forêt, cernée par des arbres bleus, genre mélèzes, arborait ses volets clos comme autant de visages fermés. Il n'y avait personne à cette heure-là. Pas un homme, pas une femme sur le perron de la maison, pas un chien dans les hautes herbes jaunes. L'ensemble dégageait une grande impression de solitude. Tout le monde dormait. J'avais fait le plein à la station-service. J'arriverai dans la nuit chez Ed et Jo."