ben jelloun1

A l'heure où son dernier opus "Le bonheur conjugual" trône en librairie, la XXvème heure se souvient de ce petit bijoux qu'est "L'auberge des pauvres"...

Jamais il ne s'est décrit comme un homme d'action. Tahar Ben Jelloun est un homme de rêverie, de réflexion... Il croit que la littérature peut parfois jouer le rôle d'un exorcisme. Lorsqu'il ne peut agir sur la réalité, il prend la plume assuré que les mots peuvent faire bouger les choses.

Dans "L'auberge des pauvres" (cycle italien), un jeune écrivain marocain de Marrakech se retrouve à Naples. Il y découvre un bâtiment extraordinaire, l'auberge des pauvres, édifiée par un roi italien soucieux de se faire pardonner la construction de son propre palais. Elle est habitée par une vieille femme, personnage splendide et malpropre, autour de laquelle gravite un petit peuple, sorte de cours des miracles, composé de personnages meurtris, de naufragés de l'existence. On y croise, entre-autre, Momo, un grand Noir enfantin qui lui tète le sein, ou Gino, le pianiste inconsolable qui croyait sa passion pour la belle Idé éternelle. 

Au terme de ce séjour, véritable leçon des ténèbres, l'écrivain, longtemps planqué dans la fiction, aura appris à se risquer dans la vraie vie et connu une passion aussi brève que fulgurante.

ben jelloun

Depuis toujours Ben Jelloun cherche à écrire avec la plus grande limpidité, sans céder ni à la facilité ni aux clichés. Exiger de soi une littérature profonde et sincère, en veillant à ce que le style ne soit ni un masque ni un voile, n'est pas chose aisée... Il marque ici un tournant.

L'auteur Marrakchi y abandonne l'idée du conteur sur la place publique et y introduit un narrateur, un écrivain qui nous raconte ses contrariétés, sa vie conjugale, ses rêves... tentant d'explorer la complexité du bonheur conjugal, de comprendre pourquoi la passion est la plus belle chose et la pire des maladies, avec, en filigrane, cette question: imaginer, est-ce plus apaisant que la vie elle-même?

L'auberge des Pauvres, sorte de grotte platonicienne, se révèle un roman baroque, élégiaque et fulminant...