amour

En cette veille de Noël, je pense à mes enfants. Je les regarde, ma fille, mon fils, du haut de leur presque 15 ans, marqués par l'insouciance qui caractérise leur âge. Moi qui suis un peu plus loin qu'à la moitié du chemin, je souhaite partager avec eux une lecture pour qu'elle leur serve de guide, qu'elle les accompagne, qu'elle les aide à rêver leur existence et à faire de leur existence un rêve. "Le meilleur éducateur de la vie c'est la vie elle-même et l'expérience que l'on peut en retirer. Nous avons peur de nous ouvrir pleinement à la vie, d'accueillir son flot impétueux. Nous préférons souvent contrôler nos existences en menant une vie étroite, balisée, avec le moins de surprise possible. Cela est tout aussi vrai dans les humbles demeures que dans les palais! L'être humain a peur de la vie et il est surtout en quête de la sécurité de l'existence. Il cherche, tout compte fait, d'avantage à survivre qu'à vivre. Or, survivre c'est exister sans vivre... et c'est déjà mourir. Passer de la survie à la vie est une chose difficile. De même est-il aussi effrayant d'accepter d'être les créateurs de notre vie! Nous préférons être brebis, sans trop réfléchir, sans trop prendre de risques, sans trop oser aller vers nos rêves les plus profonds, qui sont pourtant nos meilleures raisons de vivre. Certes tu existes, mon jeune ami, mais la question est: es-tu vivant?" (L'Oracle della Luna, Frédéric Lenoir, p. 512)

Et pour être vivant, il faut aimer! Je ne crois qu'en l'amour. Il est ce qui rend le présent fervent. Romantique? Peut-être! Et alors..  Niai? J'assume! Naïf? Heureusement! Amoureux? Toujours! "Depuis que je suis enfant, je n'aspire qu' à une seule chose: aimer. Aimer autant que faire se peut. Alors je cherche les clefs qui me permettront d'atteindre au mieux ce but. Je les cherche dans les idées afin que mon coeur soit guidé par des pensées justes et vraies. Mais aussi dans l'existence intérieure. Je les cherche également dans l'art, car la beauté et l'harmonie élèvent mon coeur. Je les cherche encore en moi. J'essaie chaque jour de mieux me comprendre, me connaître et m'aimer car il est dit "Aime ton prochain comme toi-même". Je les cherche bien sûr, et surtout, dans la relation aux autres." Car ainsi Frédéric Lenoir répond à mes réfléxions de 2011: il ne s’agit pas de croire en l’homme, ni de le mépriser, encore moins de le haïr. Il s’agit de le connaître et de le reconnaître en chacun. C’est l’humanisme vrai, qui n’est pas une religion mais une morale. 

Exister est un fait. Vivre est un art!