kennedy1

"Dès cet instant où nous avons été l'un devant l'autre, j'ai su..."

Berlin, la guerre froide, un amour tragique.. Trois raisons de se plonger dans le dernier Douglas Kennedy « Cet instant-là », enfin édité en version poche chez Pocket.

Une nouvelle fois, l’auteur américain nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne de ce foisonnant roman. Surtout, il innove en situant l’action, non plus aux USA, mais au cœur de Berlin à l’époque du Mur, début des années 80. Une ville et une ère que l’auteur connaît bien pour y avoir séjourné en 1983. Côté ouest, une babylone très rock’n’roll versus culturel underground, rails de coke, mœurs légères… Côté Est, un ville glauque, en noir et blanc.

L’histoire? Un récit à cheval entre le Berlin de la Guerre froide et l’Amérique contemporaine. Thomas Nesbitt reçoit dans la même journée une demande de divorce et un carnet de notes envoyé par le fils de Petra, une femme qu’il a passionnément aimée vingt-cinq ans plus tôt dans la capitale allemande. Petra, personnage énigmatique, au passé douloureux, en fuite vers l’Ouest suite au suicide de son mari dissident et après qu'on lui ait arraché son fils. « Un être abîmé de vivre » qui retrouvera le bonheur dans les bras de ce jeune américain. Jusqu’au moment où l’amour se verra broyé par l’Histoire. En filigrane, les questions éternelles de Kennedy: pourquoi tombe-t-on amoureux? Pourquoi fuit-on l'enchantement ou la fortune?

kennedy

Durant quelque 700 pages, l'auteur se plonge avec maestria dans « La poursuite du bonheur », d'un bonheur. La lecture du carnet terminé, Thomas (re)partira vers Berlin sur les traces de cette idylle, de cet instant qu’il n’a pu saisir. Et Kennedy de conjuguer son intrigue avec une BO musicale forte de rock et de new wave. Une partition qui accentue encore la force et l’atmosphère de cette citée divisée où la curiosité se révélait un mode de vie. 

Curieux, soyez-le!, avec enthousiasme et gourmandise, en vous régalant de cette histoire au souffle romanesque. Peut-être le meilleur opus de ce « page turner » made in usa ! Ses thrillers psychologiques sont d'habiles machines à suspense.

Bref, un roman au rythme implaccable, dont chaque rebondissement, imprévisible et audacieux, nous plonge dans un état d'hébétude. Et l'auteur, très subtil, d'ajouter une réflexion puissante sur le sens de nos choix...