decoin1

Un fabuleux concentré d'histoire, d'amour, d'humour, de tendresse... C'est ce à quoi nous convoque Didier Decoin avec ce magnifique roman "Une Anglaise à bicyclette".

L'histoire?  Nous sommes à l'aube de Noël, en 1890. Dans le Dakota du Sud, théâtre du massacre de Wounded Knee. Des soldats américains ont pris d'assaut un campement. Les centaines d'Indiens qui s'y trouvaient ont été exécutés.

Parmi les survivants, la petite Ehawee. Une fillette Sioux Lakota, âgée de trois ou quatre ans, dont le nom signifie "jeune femme qui rit". Jason Flannery, photographe anglais, débarqué du Yorkshire réalisa à la demande de l'armée US des clichés du champ de bataille. Il se voit confié la jeune Ehawee, pensant d'abord  la déposer dans un orphelinat de New York, sur le chemin du retour, il se ravise et décide de la ramener dans son manoir en Angleterre.

decoin

Pour les cinq cent trente-sept habitants de Chippingham, dans l'East Riding of Yorkshire, Ehawee est rebaptisée Emily et présentée comme une orpheline irlandaise. Elle sera d'abord la fille adoptive de Flannery.

Des années plus tard, celle qui a eu "l'art d'enfouir sa propre vérité pour en endosser une autre" deviendra son épouse. Et l'auteur "John l'enfer" de convoquer Conan Doyle et Lewis Carrol entre ses pages.

Une fresque époustouflante où Didier Decoin entrelace Histoire (la grande et la petite), étude de moeurs, analyse des sentiments...

Un roman dense, généreux en images et en émotions servit par une plume cristalline, inspirée par son maître absolu Kawabata. 

Bref, un régal!