31 août 2013

Dis-leur qu'ils ne sont que des cadavres, Jordi Soler

"L'excellence de l'esprit est un perpétuel festin". C'est à cette citation biblique que nous convie Jordi Soler avec son nouvel opus: "Dis-leur qu'ils ne sont que des cadavres". 236 pages de pur régal! Sans doute l'un des meilleurs romans étrangers de cette rentrée 2013. Une plongée hallucinée sur les traces d'un grand poète, un roadmovie où planent les ombres d'Artaud et de Joyce. Une épopée lyrique où s'entrelacent confrontation des mythes, bacchanales littéraires, délires et folies... Nous sommes en 1937, Antonin Artaud revient... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 08:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 août 2013

Le grand écrivain, Il suffit d'une nuit, W. Somerset Maugham

Attention, pour éviter de passer pour un "enculturer" de pacotille, dite "Môôôôôôme" et non "Maugame" avec ce petit air fransquillon.... Voilà qui est d'autant plus important que paraissent à La table Ronde deux récits du génie Britannique: "Le grand écrivain" et "Il suffit d'une nuit".... Certains diront: "Pffff c'est un vieux truc, un brol sans intérêt...." Stooooooooooooooooooooooooooooop!!!! Maugham avait tout compris, bien avant nous! Dotés d'une causticité "So British" vous plongerez dans un univers brillant peuplé de... [Lire la suite]
25 août 2013

L'invention de nos vies, Karine Tuil

Certainement candidate à la liste des prix de cette rentrée 2013, Karine Tuil nous livre avec "L'invention de nos vies", chez Grasset, l'un de ses romans les plus aboutis. Un récit intense où elle explore le mensonge, la quête d'identité, la culpabilité... L'un des gros coups de coeur de la XXVème heure. L'histoire? Celle de Sam Tahar. Il semble tout avoir : la puissance et la gloire au barreau de New York, la fortune et la célébrité médiatique, un « beau mariage »… Mais sa réussite repose sur une imposture. Pour se fabriquer... [Lire la suite]
21 août 2013

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître

Je ne peux que m'associer à cet article de l'Express et m'écrier en choeur: "Quel pied, mais quel pied!"  Et oui, avec "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaître, voilà un pavé qui pourrait bien connaître un destin à la Joël Dicker (on ne peut que lui souhaiter!!!!) où à la J-M Guenassia et son "Club des incorrigibles optimistes". Donc, "Quel pied, mais quel pied!"  Pardon pour cette formule triviale, c'est juste le cri du coeur que nous inspire la lecture de "Au revoir là-haut", près de 600 pages impossibles à... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 15:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 août 2013

Oeuvres, Françoise Sagan

Bien que ce soit la rentrée littéraire et que le bureau déborde d'ouvrages "à paraître", je ne peux m'empêcher dans cette tourmente, comme un rituel de fin de mois d'août de m'échapper quelques instants auprès de Sagan. Une femme qui, malgré les années de vie commune, ne cesse me dévoiler de nouvelles facettes de son talent. Certes, c'est un personnage autant qu'un écrivain, un patronyme autant qu'un prénom. Si Mauriac la surnomme le "Charmant petit monstre", Sartre lui trouve "l'intelligence des gentils" et Malraux décèle chez... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 août 2013

Providence, Valérie Tong Cuong

Voici le récit du grain de sable qui vient bouleverser la trajectoire de nos existences... Voici le roman des jeux du hasard que le destin se réserve. L'histoire? Celle de Marylou, modeste secrétaire, élevant seule son fils, se voit très en retard pour une importante réunion de travail. Coincée dans les embouteillages et le métro, elle finit par piquer un sprint, son lourd dossier sous le bras. Elle tente le tout pour le tout. La vie tient parfois à une poignée de minutes.  Albert Foehn est, lui, plutôt en avance, il... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 15:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 août 2013

La rentrée 2013 sous l’œil de la XXVème heure, troisième vague...

Canada, Richard Ford, Editions de l'Olivier Incontournable que ce road-movie auquel nous convie l'Américain Richard Ford. L'auteur d'"Indépendance" renoue avec ses premières amours et conte l'histoire d'une fugue: celle d'un ado de 15 ans qui finit par découvrir des paysages rédempteurs où l'on pratique la chasse comme une quête spirituelle. Richard Ford peint avec un même talent les êtres et les paysages. Il impressionne par sa maîtrise et sa force narrative tout au long d'un mélodrame feutré qui traite magnifiquement de la... [Lire la suite]
11 août 2013

La rentrée 2013 sous l'oeil de La XXVème heure, seconde vague...

Le cas Eduard Einstein, Laurent Seksik, Flammarion  Prêtant sa voix à Eduard, le fils d'Albert Einstein interné dès l'âge de 19 ans en clinique psychiatrique, Laurent Seksik dévoile un drame familial et la part d'ombre d'un savant au coeur des troubles internationaux des années 1930. Le vrai héros n'est pas Albert, mais Eduard qui a des éclairs de lucidité en dépit de sa démence. Parfois même de l'humour. En filigrane, la montée du nazisme, l'arrivée au pouvoir d'Hitler, les discours de haine, l'appel à l'extermination... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 août 2013

La rentrée 2013 sous l'oeil de la XXVème heure. Première vague...

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître, chez Albin Michel. «Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après.»  Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts... Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance... [Lire la suite]
10 août 2013

Madame Seyerling, Didier Decoin

Décidement, à chaque lecture, la plume de Didier Decoin me séduit d'avantage. D'une encre sèche, brute comme la réalité, il sait dévoiler des mondes imaginaires où en observateur attentif, il explore l'âme humaine. Ses romans sont truffés de personnages excentriques et généreux transgressant, avec gourmandise, l'ordre établi, entraînant le lecteur dans les méandres des utopies de l'auteur. Et "Madame Seyerling" de souligner une fois encore se talent si particulier... L'histoire? Celle d'Antoine Dessangles, narrateur angoissé de son... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,