hollinghurst

Quelle découverte! Un diamant dont l'ouvrage stylistique se veut l'écrin... "L'enfant de l'étranger", dernier opus d'Alan Hollinghurst révèle 725 pages de pur bonheur. Et  le Sunday Time de donner le ton: "Une épopée à travers près d'un siècle montrant l'évolution des comportements sociaux, sexuels et culturels, riche en scènes puissantes et sensuelles, observées d'un oeil ironique et aiguisé. Avec L'Enfant de l'étranger, un talent qui était déjà remarquable se déploie pour devenir spectaculaire.»

L'histoire? Celle de la famille Swale coulant, en cette année 1913, de beaux jours dans leur domaine des Deux Arpents au coeur du Middlesex. Mais ce séjour se verra troublé par l'arrivée de Cecil Valance, un mystérieux ami de Cambrige invité par Georges, l'un des fils Swale. Ce jeune poète, futur égérie nationale séduit immédiatement la famille, et tout particulièrement Daphné, la petite sœur de son ami dont il est également l'amant. Ces jours dans la maison familiale et le poème qu'ils inspirent à Cecil vont changer leur destin. Et plus encore celui de Daphnée. En ce printemps où rien n'annonce les proches bouleversements de l'Histoire, un pacte se noue secrètement entre ces trois personnages, point de départ d'une fresque saisissante à travers le siècle et les vestiges du temps. De cette question: que s’est-il réellement passé entre Cecil et Daphné? qui s'inscrit en filigrane de cette gigantesque saga, Alan Hollinghurst dresse un portrait cislé de l'évolution des moeurs "made in England". 

hollinghurst1

D'une plume modelée, fine, intelligente, délicate, l'auteur croque l’aristocratie britannique du XXe siècle, invite le lecteur à se balader dans de somptueux jardins, à scruter les détails d'un mobilier de bon goût, comme autant de mises en scène, de petites histoires qui chacune auront des conséquences inattendues.

Par petites touches, presque pointillistes, se compose une véritable toile de maître où chaque personnage révèlera une personnalité touchante pleine d'humanisme. Alan Hollinghurst, considéré par Boyd comme le meilleur styliste anglais, confirme son talent de conteur, sa perspicacité à décrire de fins détails révélateurs... il réussit avec brio l'exercice de conjuguer classicisme et modernité! "L'enfant de l'étranger" ravira tout autant les amateurs de belle littérature contemporaine que les nostalgiques d'Austen, de Woolf, de Forster ou de Waugh. Un pepite, un régal!