fournier1

Et voici le troisième tableau du triptyque qui compose Jean-Louis Fournier, "La servante du Seigneur". On se souvient de "Où on va, papa?, l'histoire de ses deux enfants handicapés (disparus aujourd'hui); "Veuf", ou le chemin de la disparition de son épouse et comment y survit-on?. Voici donc l'histoire d'un cri, celui d'un père pour sa fille entrée dans les ordres. Marie, a rencontré un Monseigneur qui a su lui vendre Le Seigneur et l'envie d'être une sainte. Difficile pour un père, un papa, un vrai, non celui au sens catholique (gardien de brebis), d'accepter de voir sa chair (sa dernière racine) s'éloigner, se couper du monde pour entrer dans le silence et la dévotion.

fournier

Fournier n'a que sa plume pour crier à son enfant "Je t'aime", "J'ai besoin de toi". Mais le père se veut aussi critique, voir assassin, car la volonté de sa fille n'est pas la sienne. Mais où est la raison et la vérité? L'amour ultime d'un enfant ne consiste-t-il pas à l'aimer malgré ses choix incompréhensibles à nos yeux ou incompatibles avec notre souhait (notre besoin?) de le garder auprès de nous?

D'un plume cristaline, Jean-louis Fournier livre cent-cinquante pages d'humour, de causticité, parfois sombres souvent lumineuses, toujours émouvantes, avec en filigrane, un seul élan, celui de l'amour!