images (26)

Si la bannière qui orne l'édition 10/18 affiche "Satisfait ou remboursé", c'est que l'éditeur prend peu de risques. Force est de constater que ce roman de Teju Cole est une merveille. Un éblouissement. C'est dire si l'éditeur devra peu payer si ce n'est des esprits malveillants ou chagrins. Dans un style ciselé, Teju Cole conte une errance dans NYC. Et, d'une rencontre, d'un détail cosmopolite, de la beauté d'un immeuble... pose les questions essentielles. Celles qui font la littérature. 

L'histoire? Celle de Julius, jeune Nigérian interne en psychiatrie, hanté par une rupture. Il trompe sa solitude en arpentant New York. De rencontres fortuites – professeur de lettres déclinant, cireur haïtien, patients –, en rêveries ou résonnent l'oeuvre de Mahler et l'architecture de la ville, ses déambulations dessinent un paysage humain cosmopolite, à la fois déchiré et uni par la question de l'autre. 

téléchargement (41)

"Open City" obéit à une construction stricte, précise. Premier roman, impressionnant de maîtrise. La succession des rencontres de Julius, à New York et à Bruxelles, suit une logique d'alternance et de progression. Certaines contribuent à brosser le portrait du personnage, d'autres ont une influence sur lui et le font grandir. Au fil des pages, le narrateur s'éloigne. Plus il détaille la foule de ceux qu'il croise, plus il cherche à s'en extraire. Il évite les mauvais poètes, se méfie des comportements communautaires, limite ses relations, écoute beaucoup mais ne se livre pas autant. Au point qu'après 350 pages, Julius est presque aussi insaisissable que dans les premiers paragraphes alors qu'il vient de livrer des pensées, des souvenirs, des anecdotes dont la force et l'intimité se révèlent surprenantes.

D'une plume intelligente, foisonnante, emphatique, intimiste... Teju Cole offre un roman d'une rare intensité. Passé relativement inaperçu lors de sa parution en 2012, peu chroniqué, demeuré relativement clandestin, "Open city" est pourtant un Enoooooooorme coup de coeur. Allez-y, sous peine de regrets éternels...Bref, un régal!