roger

Vous avez aimé "La tête en friche", vous serez séduit par "Les encombrants". Autant de nouvelles, autant de perles sur le thème de la vieillesse... 

Marie-Sabine Roger fait preuve d'un merveilleux talent. Rien n'échappe à son regard de femme et d'écrivain, rien n'est impossible sous sa plume. De quelques traits, elle sait croquer des personnages attachants, décrire une situation, ouvrir les portes d'autres mondes... Qu'elle évoque la misère, la solitude, l'infirmité, elle est toujours juste, sans complaisance, sans mièvrerie. Avec "Les encombrants", elle aborde "les vieux". Des grisons qui semblent avoir abandonné toute conviction, vivant dans le silence, la résignation. Et l'auteur de leur inventer une dynamique, de les ragaillardir; d'aborder avec tendresse et humour  tant la solitude que le désarroi ou la déchéance. Conjuguant férocité et sentiments, caustique et  bienveillance, la plume révèle une vitalité étourdissante, une étonnante poésie.

Il y a l'amoureux des roses, perdu dans un jardin qui n'est pas le sien ; la centenaire dorlotée par des officiels devant une caméra télé ; la mamie gâteau et ses malotrus d'enfants ; et puis, il y a les autres, ceux qui ne sont pas encore vieux, qui ne le savent pas, mais se lamentent déjà. Et, malgré les thèmes difficles, Marie-Sabine Roger de faire rire, grincer, émouvoir... Bref, un régal!