rentrée141

L'écrivain National, Serge Joncour, Flammarion

En résidence d'auteur à Donzières, dans le centre de la France, un écrivain apprend la disparition d'un vieux maraîcher. Un couple de jeunes, Aurélick et Dora, est soupçonné de l'avoir assassiné. Fasciné par Dora, l'écrivain va sillonner la région à la recherche de pistes susceptibles de faire la lumière sur cette affaire. Du grand Joncour... 

Le bonheur national brut, François Roux, Albin Michel

rentrée142Le 10 mai 1981, la France bascule à gauche. Pour Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy, dix-huit ans à peine, tous les espoirs sont permis. Trente et un ans plus tard, que reste-t-il de leurs rêves, au moment où le visage de François Hollande s’affiche sur les écrans de télévision ? Le bonheur national brut dresse, à travers le destin croisé de quatre amis d’enfance, la fresque sociale, politique et affective de la France de ces trois dernières décennies. Roman d’apprentissage, chronique générationnelle : François Roux réussit le pari de mêler l’intime à l’actualité d’une époque, dont il restitue le climat avec une sagacité et une justesse percutantes. Plume enlevée, souffle romanesque, kaleidoscope d'une génération... Génial. On dévore. Sans conteste un candidat aux prix de l'automne. Bref, un régal! 

rentrée143

L'Histoire d'un amour, Catherine Locandro, Eho 

Il n’avait jamais rencontré de femme comme elle, et il en avait encore moins fréquenté. Que voulait-elle de lui ? Il n’était qu’un gamin mal dégrossi du Trastevere, qui rêvait en lisant les grands auteurs mais gagnait à peine de quoi aider sa famille… Rome, 1995. Luca est un professeur de philo sans histoires, qui enseigne depuis quatorze ans dans le même lycée. Pourtant, ce matin-là, au comptoir où il a l’habitude de boire son espresso, la lecture d’un article le bouleverse et le ramène vingt en arrière. Sans refermer le journal, ni payer son café, il part sans but à travers la ville. En 1967, le jeune Luca est figurant pour une émission de variété de la RAI. Il y rencontre la Chanteuse, diva tristement célèbre pour sa tentative de suicide après la mort tragique de son compagnon, un poète de renom. D’un simple regard, Luca mesure toute la douleur de cette femme. Elle voit en lui son amour disparu. Il se fraie un chemin, jusqu’à ce coeur, qu’elle pensait éteint. Leur liaison sera aussi secrète qu’ardente, et la rupture brutale. Si la Chanteuse se mue en bienfaitrice, jamais plus leurs chemins ne se croiseront. Huit ans après la mort de la Chanteuse, une biographie révèle la vérité sur leur amour. Luca va devoir faire un choix. Cette histoire, qui a fait de lui un homme à part, l’a tenu à distance du monde. Va-t-il enfin reprendre son existence en main, retenir sa femme sur le point de le quitter, et cesser de se laisser dévoré par le souvenir de cette fulgurante passion ? Dans un style délicat, limpide, l'auteure de "L'enfant de Calabre" conte, avec grâce, une histoire de l'amour et livre un merveilleux roman. En filigrane: l'Italie des années 60, la nostalgie, le secret, l'écho du passé, les résonnances éternelles, l'ardence des corps et des sentiments... Bref, un régal!

On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt, JC Lattès

rentrée144« Une vie, et j’étais bien placé pour le savoir, vaut entre trente et quarante mille euros. Une vie ; le col enfin à dix centimètres, le souffle court, la naissance, le sang, les larmes, la joie, la douleur, le premier bain, les premières dents, les premiers pas ; les mots nouveaux, la chute de vélo, l’appareil dentaire, la peur du tétanos, les blagues, les cousins, les vacances, les potes, les filles, les trahisons, le bien qu’on fait, l’envie de changer le monde. Entre trente et quarante mille euros si vous vous faites écraser. Vingt, vingt-cinq mille si vous êtes un enfant. Un peu plus de cent mille si vous êtes dans un avion qui vous écrabouille avec deux cent vingt-sept autres vies. Combien valurent les nôtres?» À force d’estimer, d’indemniser la vie des autres, un assureur va s’intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité.Construit en forme de triptyque, On ne voyait que le bonheur se déroule dans le nord de la France, puis sur la côte ouest du Mexique. Le dernier tableau s’affranchit de la géographie et nous plonge dans le monde dangereux de l’adolescence, qui abrite pourtant les plus grandes promesses. Plus profond, plus noir, plus etoffé. Le raconteur d'histoires laisse éclore l'écrivain. Plaisir assuré. 

rentree14

Le Fils, Philipp Meyer, Albin Michel

Vaste fresque de l’Amérique de 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages, trois générations d’une famille texane, les McCullough, dont les voix successives tissent la trame de ce roman exceptionnel. Eli, enlevé par les Comanches à l’âge de onze ans, va passer parmi eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu parmi les Blancs, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire, devenant, sous le nom de « Colonel », un personnage de légende. À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens. Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouvera à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre de son arrière-grand-père. Il est difficile de résumer un tel livre. Porté par un souffle hors du commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l’Histoire, et une exploration fascinante de la part d’ombre du rêve américain. Véritable Page Turner. Un pur régal!