janvier

La trace du Fils, Marie-Gaspard Janvier - Fayard

*C’est l’histoire d’un père, parti à la poursuite de son fils. C’est l’histoire d’un enfant qui va mettre le monde des adultes au pas. C’est l’histoire d’un homme qui va se trouver lui-même. Troisième roman de Gaspard-Marie Janvier, La Trace du fils met en scène Cécil dont le destin bascule le jour où son beau-fils Abel, fugue dans le massif sud-alpin. Sans hésiter, ce père de famille divorcé et remarié va alors se lancer à la poursuite de ce garçon de 10 ans, dans cette montagne qu’il connaît très mal. En effet si Abel, fils d’un alpiniste suisse disparu, connaît cette dernière comme sa poche, Cécil, citadin de longue date, éprouve toutes les difficultés du monde à se repérer dans cette immensité montagneuse. Au-delà de ses péripéties parfois comiques, l’escapade d’Abel va prendre une tout autre tournure lorsque les pouvoirs publics et les médias décident de s’emparer de l’affaire… En racontant les difficultés de ce père totalement démuni, Gaspard-Marie Janvier nous rappelle aussi que nous ne nous connaissons pas toujours aussi bien que ce que nous le croyons. C’est en déambulant à travers ces massifs que Cécil va peu à peu découvrir une autre partie de lui-même qu’il ne soupçonnait pas ; une âme un peu sauvage annihilée jusqu’ici par sa vie citadine. Roman familial mettant à l’honneur la marche et les grands espaces, La trace du fils montre à quoi peut ressembler l’existence lorsqu’elle bascule dans l’incertitude la plus totale. Plaisir Garanti!! * MyBox.fr

Joseph, Marie-Hélène Lafon- Buchet-Chastel

lafonJoseph est ouvrier agricole dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux. Il a aimé Sylvie, un été, il avait trente ans. Elle n’était pas d’ici, avait beaucoup souffert, avec et par les hommes. Elle pensait se consoler avec lui, mais Joseph a payé pour tous. Sylvie est partie au milieu de l’hiver avec un autre. Joseph s’est mis à boire, comme on tombe dans un trou.Joseph a un frère, marié, plus beau et entreprenant, qui est allé faire sa vie ailleurs et qui, à la mort du père, a emmené la mère vivre dans sa maison. Joseph reste seul et finira seul. Il est un témoin, un voyeur de la vie des autres. Nouvel opus de Marie-Hélène Lafon. Roman émouvant, traversé en profondeur par une rivière souterraine qui a un prénom de femme et de servante : Félicité. Avec talent et humour, Marie-Hélène Lafon rend ici un magnifique hommage à son cher Flaubert... La plume est superbe, pas un mot de trop. Le style est clair, classique. Cent-quarante pages de pur bonheur. Bref, un régal!

 

lait

La couleur du lait, Nell Leyshon- Phébus

En cette année 1831, Mary, une jeune fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible, en bref, une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l’écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Finalement l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Magnifique. Indispensable...

On aurait dit une femme couchée sur le dos, Corine Jamar - Castor Astral

jamarFuyant son père et son passé, Samira a trouvé en Crète un lieu pour vivre, un univers qui, s’il lui demeure un peu étranger, est devenu profondément le sien, sublimé par la mer et les montagnes qui en forment les contours. Elle épouse là le bel Eleftheris et ouvre une petite cantine sur la plage de l’Akrotiri, mondialement célèbre depuis le succès du film Zorba le Grec. Son bonheur n’est cependant pas sans ombres… Comment oublier qu’elle a trahi de vieux amis pour le gagner – et fermé les yeux sur un meurtre…? Comment accepter les règles ancestrales, parfois si violentes, qui gouvernent la communauté où elle vit désormais ? Guidée par la présence quasi palpable des dieux anciens et soutenue par son ami Walter, le chef opérateur de Zorba, qui a choisi lui aussi de vivre sur l’île, Samira trace lentement son chemin vers la réconciliation avec elle-même. De sa plume limpide, Corine jamar dresse une merveilleuse galerie de portraits. Elle réussit avec élégance à conjuguer légerté et profondeur. En filigrane, l'amour, l'maitié, la famile, le secret... Bref, un régal!