slocombe

Après l'époustoufflant "Monsieur le Commandant", Romain Slocombe explore à nouveau les arcanes de l'extrême en plongeant, cette fois, au coeur du Stalinisme. N'épargnant rien de l'horreur, "Avis à mon exécuteur" conjugue le suspense d'un roman d'espionnage avec la rigueur d'une étude historique. Porté par un souffle puissant, l'auteur dévoile les petites histoires afin de mieux conter la Grande et dénoncer la violence et la folie du pouvoir...

Le pitch? En ce lundi 10 février 1941, àWashington, hôtel Bellevue, un homme, arrivé la veille, est retrouvé mort d'une balle dans la tête, une arme près de lui. La police conclut au suicide. Nul ne sait encore que l'inconnu a été l'un des plus importants agents secrets des services de renseignements soviétiques, le témoin des pires conflits politiques du XXe siècle. Un suicide, vraiment ?... En 1936, Victor rêve encore de la révolution mondiale quand il découvre l'emprise stalinienne sur la révolution en Catalogne – prisons secrètes dignes de l'Inquisition, assassinats de militants soupçonnés de trotskysme, trafics d'oeuvres d'art. Malgré lui, il participe à l'élimination d'un transfuge soviétique, mais il est trop tard pour quitter les rangs ; l'époque est à la suspicion et aux purges. Tandis qu'à Moscou, les fonctionnaires du NKVD se défenestrent pour échapper à l'arrestation et aux tortures, Victor doit gagner Paris et honorer une mission : la traque de son meilleur ami et l'assassinat de la femme de celui-ci. En dépit des menaces qui pèsent sur sa propre famille, il refuse de commettre ce dernier crime. Désormais condamné à une exécution officieuse, le chasseur Victor devient gibier, ne pouvant plus compter que sur sa ruse et son talent de caméléon. Il reste un moment à Paris auprès du fils de Trotsky, sous la protection du gouvernement de Léon Blum, dans l'ombre des nombreux intellectuels français qui chantent les prodiges du socialisme russe. Puis il fuit aux États-Unis, une arme explosive en poche : le document secret prouvant la trahison et le «grand mensonge» de Staline. S'en servir signifie la mort. Pourtant, c'est la seule chance qu'il lui reste de sauver son épouse et son fils...

Et Romain Slocombre de dresser une large fresque à travers l'Europe de l'Ouest et l'Amérique de la fi

slocombe3

n des années 1930. Inspiré d'événements réels, "Avis à mon exécuteur" dénonce les ravages de l'infiltration, la lâcheté des gouvernements occidentaux et l'embrigadement des plus grands esprits du XXe siècle.

Un roman exigeant dont le souffle emporte le lecteur médusé dans le labyrinthe d'un système jusqu'au-boutiste où l'auteur tire, avec brio, le fil tendu de l'Histoire du XXème siècle.