decision

Trois jours dans la vie de Thomas Mann. Trois longues journées durant lesquelles le doute va s’emparer du grand écrivain. En 1933, il quitte l'Allemagne pour passer des vacances en famille à Arosa, en Suisse, et voilà que son pays s'effondre : l'incendie du Reichstag, dissolution du Parlement. Que faire? Rentrer et reprendre son manuscrit, " Joseph ", ou s'installer à Zurich? Thomas Mann a déjà écrit l'essentiel de son œuvre et il a été couronné d'un prix Nobel. Pendant deux ans, il louvoie, se berce d'illusions. Mais tout le monde l'encourage à prendre position : sa fille Erika, la plus virulente, ses amis et, surtout, un journal suisse, le " NZZ ", qui le provoque et le pousse à réagir. Il propose alors un texte à ce quotidien dans lequel il écrit tout le mal qu'il pense du régime nazi. A-t-il eu raison ? Il entrevoit tout ce qu'il a à perdre : ne plus être publié dans son pays, sa maison va être mise à sac, perdre son identité nationale. Du vendredi, moment où il a porté son article, au lundi, date à laquelle il devrait paraître, il se ronge les sangs. Peut-on continuer à être un écrivain lorsqu’on a perdu la reconnaissance de sa patrie, de ses lecteurs ? En tant que père a-t-on le droit de mettre en péril la vie des siens ? Mais en tant qu’homme et citoyen, « lorsqu’on hait le mal de toute son âme, on devra dire adieu au pays natal ». En quelque 200 pages Britta Böhler signe un roman historique, une biographie de Thomas Mann et un essai sur l'engagement de l'écrivain. Bref,un régal!