grimm

Conjuguant force et sobriété, "Chruchill m'a menti" dévoile une page d'histoire oubliée, arpente les fragiles frontières de l'âme, analyse avec subtilité la conscience et ses petits arrangements.

L'histoire? Nous sommes en juin 1940, les îles anglo-normandes sont considérées par le vieux lion comme sans intérêt et Churchill de concentrer ses forces sur l'Angleterre; Londres en particulier. Jersey, Guernesey et Aurigny sont donc démilitarisées, abandonnées sans défense. Deux mois plus tard, les bombes pleuvent et voilà l'invasion allemande. Les habitants en font la douloureuse expérience, devant affronter les nazis qui y construisent des camps d'internement pour la population juive. 

L'auteur entraîne le lecteur dans une lente descente aux enfers. Au travers d'une dizaine de personnages et leurs journaux intimes, Caroline Grimm explore la guerre et ses zones grises: de la volonté de vengeance à la résistance, de l'incapacité de dire non à la franche collaboration, de la peur au courage, de l'ignominie à la dignité, c'est l'âme humaine qu'elle sonde, par petites touches, dans un crescendo tendu, au coeur d'un territoire minuscule, insulaire, où l'instinct et les émotions se voient exacerbés... La plume décortique le labyrinthe des sentiments, des traumatismes face à l'horreur. Avec pudeur, elle conte les massacres, les déportations, les suicides, l'ignominie et la grandeur d'âme. Surtout, elle part sur les traces de son grand-oncle, car derrière la chronique romancée, la quête des origines, se cache l'ombre de l'Histoire, la Grande.

Un roman captivant, émouvant, fascinant. Une très belle réussite. Bref, un régal!