arpenteurs

Quel roman! Une fulgurante réussite made in USA, versus "deep landscape" du Montana. L'histoire d'une amitié improbable. Deux hommes, dans une prison se font face. Nuit après nuit, ils se racontent. Et Kim Zupan de livrer un ouvrage fort, puissant, sombre et lumineux!

Là, dans cette geôle, chaque nuit, le jeune Val Millimaki s’assied face aux barreaux qui le séparent de John Gload, 77 ans, en attente de son procès. Astreint aux pires heures de garde, l’adjoint du shérif se retrouve à écouter le criminel qui, d’instinct, est prêt à lui révéler en partie son passé. Petit à petit, Millimaki se surprend à parler, lui aussi, et à chercher conseil auprès de l’assassin. En dépit des codes, une troublante amitié commence à se tisser entre les deux hommes. Dans un subtil jeu d’échos, entre non-dits, manipulations et sombres confessions, le jeune shérif cherche des réponses à ses propres tourments et, chaque matin, il tente vainement de reprendre pied dans la réalité. Mais sa vie, comme son mariage, lui échappe chaque jour un peu plus.

Roman de l'ambiguïté, de la fragilité des frontières. Entre l'ordre, la morale et le chaos, la lisière est ténue. Avec intelligence, Zupan explore la complexité de ses personnages. Balayée la vision manichéenne du bon et du truand. La vérité se cache dans les silences, les hasards ou les rendez-vous de l'existence. Et l'auteur de conter l'histoire de ces hommes imprégnés des paysages cinglants du Montana, de l'hiver, de l'âpreté. Servi par une plume dense, à l'os, âcre, "Les arpenteurs " se révèle une subtile réflexion sur le bien et le mal, un renvoi à l'homme originel.