bouysse

Franck Bouysse. En v'là un conteur! Un vrai. Un de ceux qui sort de la grande tradition. Made in USA, please. Mais qui en plus saupoudre son récit de l'ombre de Giono. C'est dire si on a à faire à un grand Monsieur des lettres françaises. Pas dans la lignée des nombrilistes. Non! Celle des humanistes et des "Nature Writer". La Grande Dame y est glorifiée, l'Homme y est célébré. Un bonheur!

L'histoire? Gustave Targot, dit Gus, habite aux Doges, un hameau perdu au fin fonds des Cevennes. Un pays dur, rude, où "le local" relève de l'abrupte, du brut de décoffrage. C'est là qu'il vit, Gus. Depuis plus de cinquante ans. Solitaire dans un lieu de solitude. Son seul voisin, c'est Abel. Un autre esseulé. Un vieux sanglier isolé. S'ils ne sont pas amis, ils se ressemblent. Quelques coups de pognes de temps à autres. Pas plus. Faut pas frayer... Un jour, de la ferme d'Abel s'échappent des cris puis un coup de feu. Et Gus de faire comme si de rien n'était... Faut dire que, l'instant d'après, tout semble normal. Abel s'adonne à ses tâches coutumières. Que cachent alors les appences? 

Extraordinaire roman, huis clos étouffant au coeur d'une nature et d'un hiver omniprésents. D'une plume épurée, à l'os, Franck Bouysse tisse une intrigue crescendo où la profondeur réveille l'espoir. Au-delà, "Grossir le ciel" est un chant, un hymne à la Nature sauvage, une célébration de l'Homme par l'homme. En filigrane: la nostalgie, l’angoisse du temps qui s'écoule. Entre Ron Rash, London, Harrisson et Simenon. Un grand, un très grand roman. Bref,un régal!