rebecca

Sous la plume d'Anouk Neuhoff, voici une nouvelle traduction de Rebecca. Paru pour la première fois en France en 1940, le livre est ici présenté dans une version qui restitue toute la puissance évocatrice du texte originel et en révèle tant la noirceur que la complexité dramatiques... A redécouvrir d'urgence !!!

Une longue allée serpente entre des arbres centenaires, la brume  s’accroche aux branches et, tout au bout, entre la mer et les bois sombres, un manoir majestueux : Manderley, le triomphe de Rebecca de Winter, belle, troublante, admirée de tous. Un an après sa mort, son charme noir hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse de Maxim de Winter, jeune et timide, pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ? Immortalisé au cinéma par Alfred Hitchcock, le chef-d’œuvre de Daphné du Maurier a fasciné depuis sa parution plus de trente millions de lecteurs à travers le monde. Comme Les Hauts de Hurlevent ou Jane Eyre,Rebecca est devenu un des mythes de la littérature. 

*Trois raisons de relire Rebecca?

1. Un chef-d'oeuvre du thriller britannique

Souvent considérée à tort en France comme une romancière populaire un peu démodée, Daphné du Maurier (1907-1989) est l'un des grands noms de la littérature anglaise. Sa façon de mêler le roman gothique du XIXe et l'intrigue à suspense du XXe est particulièrement éclatante dans Rebecca, ou l'histoire de la jeune épouse de Maxim de Winter, débarquant au domaine de Manderley. Mais le spectre de Rebecca, sa première femme décédée il y a peu, hante les lieux... 

2. Une nouvelle traduction de qualité

Connu grâce à sa géniale adaptation par Hitchcock (qui porta aussi à l'écran la nouvelle de Daphné Du Maurier, Les Oiseaux), Rebecca retrouve aujourd'hui, grâce à Anouk Neuhoff, toutes les ambiguïtés psychanalytiques et sexuelles des personnages, quelque peu gommées dans la première version française. On admirera également ses subtiles (et ô combien essentielles) descriptions des lieux. 

3. Une atmosphère toujours aussi vénéneuse

Pas de doute, la traductrice a su retranscrire l'ambiance quasi fantastique, à la Henry James, de cet hypnotique roman de plus de 500 pages. *l'Express

A lire en parallèle de Manderley for ever  Biographie signée Tatiana de Rosnay (Albin Michel/Héloïse d'Ormesson) (La xxvème heure 05-04-2015).