Li

Fildefériste des émotions, du sentiment, de la nostalgie... Yiyun Li réussit un magnifique roman soutenu par une plume classique, poétique, aérienne.

*Nous sommes dans les années 2010. Chinoises émigrées aux Etats-Unis, Ruyu et Moran vivotent dans l'anonymat des banlieues de Californie et du Midwest. Si Ruyu semble heureuse après deux divorces, Moran souffre terriblement du sien. Leur ami d'enfance Boyang, entrepreneur resté en Chine, accumule les conquêtes sans lendemain tout en veillant sur leur aînée Shaoai, gravement handicapée.

Vingt ans plus tôt. Ruyu débarque dans une petite communautée très soudée au coeur de Pékin. Cette jeune orpheline, qui monte faire ses études à la capitale, partage la chambre de sa cousine Shaoai, une étudiante rebelle, renvoyée de l'université après les manifestations de la place Tian'anmen.

Entre ses deux époques, un empoisonnement qui a laissé Shaoai incapable de bouger et de parler. Simple accident? Un mystère que la paresse des autorités a laissé entier et qui, vingt ans plus tard, ressurgit pour bouleverser à nouveau les destins de Ruyu, Boyang et Moran. 

Des révolutions étudiantes de la place Tian'anmen au déracinement dans lequel les États-Unis maintiennent leurs migrants aujourd'hui, l'histoire de trois amis brisés par un mystérieux accident. 

L'auteur entrelace l'errance de ces âmes frappées par le destin. Et "Plus doux que la solitude" d'explorer les arcanes de la nature humaine confrontant la cruauté à la tristesse, le désespoir à l'amour, l'innocence à la cruauté.

*présentation de l'éditeur