raufast

Si le hasard est une loi qui voyage incognito, Eluard lui préfère les rendez-vous. Et l'occurence de se présenter comme un confluent, un chemin qui détermine le futur, génère des si. De cette conjonction, Pierre Raufast, construit un merveilleux roman où "Les si sont des carrefours invisibles dont l'importance se manifeste trop tard, hypothéquant un passé, volant un présent sclérosé".

"La variante chilienne" conte la rencontre de Florin, Margaux et Pascal. Trois personnages qui n'auraient pas dû se croiser, que les circonstances vont rassembler autour d'imperceptibles liens. De cette union naît les confidences où s'entrelacent une galerie de personnages baroques, déroutants, fantasques, burlesques... dont les vies demeurent suspendues au fil ténu des contingences.

Pascal, 57 ans, prof de lettres, passionné de littérature et de Giono en particulier, embarque clandestinement Margaux, 17 ans, pétrie de culpabilité croyant avoir, à l'âge de six ans, tué sa mère et fuyant un indésirable après lui avoir crevé l'oeil alors qu'il tentait d'abuser d'elle. Le duo décide une mise au vert, pour l'été, dans le petit hameau montagnard de Just-sur-Harmac. Dans leurs bagages, quelques affaires mais surtout des dizaines de livres, inclination commune autour de laquelle ils comptent partager. A peine installés, ils font la connaissance de Florin, autochtone taciturne qui, ayant perdu la mémoire suite à un accident, range ses souvenirs dans des bocaux à cailloux traçant ainsi l'histoire de sa vie. Amateurs de pipe, de bonne chère et de bons vins, ils vont, au cours de longues soirées embrumées de volutes dont la poésie n'est jamais absente, narrer des aventures, se livrer leurs secrets, échanger des récits rocambolesques. On y croisera un potier érudit, un père dépité, un gigolo mirifique, un gang de trafiquants de cadavres, une piscine transformée en potager, une village flagellé par la pluie dix années durant, une partie de cartes de trois jours, Jorge Luis Borges au coeur d'un exotique lupanar...

De ces anecdotes, l'auteur tissent un somptueux roman choral où se conjuguent entrelacs d'existences, destins croisés, rendez-vous manqués. Avec une exquise précision, Pierre Raufast, observe les âmes, scrute les coeurs, analyse les émotions. Alors que le monde poursuit sa course folle, il célèbre l'ironie, le doute, le droit à la faiblesse, les accidents de parcours. Autant de sorts qui auraient pu connaître d'autres fins, Si seulement... 

Et de donner la conclusion à Giono: "Le monde se trompe. Vous croyez que c'est ce que vous gardez qui vous fait riche. Je vous dis que c'est ce que vous  donnez qui vous fait riche"!

De sa plume limpide, ciselée, l'auteur de "La fractale des raviolis" confirme et réussit un second roman brillant où les petites histoires révèlent l'universalité. Bref un régal!

La variante chilienne de Pierre Raufast