dreiser

A l'heure du minimalisme, voici un roman touffu, dense. Un pavé! Mille pages qui content l'ascension et la décadence d'un jeune Rastignac "made in USA". En filigrane: un incroyable portrait de l'Amérique début XXè, puritaine et immorale, de ses rêves fracassés sur l'autel de la réussite... "Une tragédie Américaine" se révèle tant un polar hypnotique qu'un immense roman social. Servi par une plume flamboyante, ample et puissante, ce roman est considéré comme l'un des plus importants de l'histoire de la littérature américaine. Une envoutante saga qu'on ne peut lâcher tant Dreiser capte son lecteur dès les premières lignes pour le libérer au terme d'un voyage dont il sort ébloui, transformé, épuisé... mais comblé!

L'histoire? Fils de missionnaires évangélistes de Kansas-City, Clyde Griffiths connaît une enfance faite d'errance et de mendicité dévote. Il rejette cet héritage et cherche à percer, mais se trouve mêlé à une affaire louche qui l’oblige à se réfugier auprès d’un oncle fortuné. Grand industriel, ce dernier l’engage dans son usine. Faible, vaniteux, ignorant, sensuel, Clyde y séduit pour tromper l’ennui une pauvre petite ouvrière, Roberte Alden. Peu de temps après, il rencontre chez son oncle la belle Sandra, l’une des héritières les plus en vue du pays. Sandra tombe follement amoureuse de Clyde. Le jeune couple envisage le mariage. Clyde se voit déjà dans la haute société. C’est le comble de ses rêves ! Apprenant par la presse la trahison de son amant, Roberte menace de tout dévoiler et exige, à son tour, le mariage. Car elle est enceinte. Clyde est au désespoir. Le scandale ruinerait ses espérances. Un fait divers lui donne l'idée d'emmener Roberte en promenade sur l'eau et de simuler une double noyade. Mais, au milieu du lac, Roberte provoque sa propre chute et se noie. Si Clyde ne la tue pas, il s’enfuit plutôt que de la sauver. Arrêté et jugé, il est condamné à mort.

dreiser2

Journaliste engagé et militant socialiste, Theodore Dreiser démonte le mythe fondateur du self-made-man pour décrire un terrible déterminisme social où chaque classe doit garder sa place. Il décortique avec finesse cette Amérique pudibonde mettant à nu les réalités cachées. Près d’un siècle après sa rédaction, le texte reste bouleversant. Le recours fréquent à la forme interrogative rend parfaitement les tourments du héros, monstre charmeur bouffi de vanité et d’égoïsme. Le portrait de la mère, capable de tout remettre en question – y compris ses préceptes religieux – pour défendre un fils qui lui jure son innocence relève de la magie.
Dreiser décrit avec hyperréalisme les conditions de travail dans les manufactures de la côte Est, les loisirs des oisifs et le fonctionnement de la justice, parfaitement décodé tout au long du procès de Clyde. Son portrait au scalpel de la dernière marche des condamnés à mort vers la chaise électrique demeure glaçant. Et l'auteur d'interroger nos méandres estimant que "La conscience n'empêchera jamais le péché. Elle empêchera d'en jouir!" Tout comme la religion qui sous sa plume revêt l'image "d'une invention de l'Homme pour protéger son âme blessée par les circonstances"
Une oeuvre majeure, indispensable, passionnante, dérangeante, éblouissante... Bref, un régal!

dreiser1