9782749151045WEB

"Ils sont mêlés au méchant choeur des anges, qui envers Dieu ne furent ni rebelles, ni féaux, mais sans plus furent pour soi. Le ciel pour n'être pas moins beau, les chasse, et le profond enfer ne les reçoit car les maudits auraient d'eux quelque gloire. Ceux-ci n'ont point espérance de mort, leur vie aveugle est de si bas étage que tout sort différent leur fait envie", Dante, l'Enfer. Et c'est bien sur les traces de La Divine Comédie que nous entraîne Emmanuelle Pirotte dans son dernier roman "De profundis". Un parcours en trois étapes, Alighieri n'est pas loin. Des profondeurs de la géhenne à la lumière, avec le purgatoire en transition. Imprégnée de fantastique, à l'aune des grands romantiques, "Les hauts de hurlevent" s'invitent entre les lignes, l'auteure conte le cheminement de quelques âmes au coeur d'un monde où l'apocalypse règne en grande prêtresse...

De sens à la vie, il n'en est aucun, excepté celui d'être dans l'instant. On naît, on vit, on meurt. Au-delà, rien. Le néant. Si le mystique traverse le roman, c'est pour mieux souligner l'idée de Barjavel que "Les églises n'ont jamais fait que séparer l'homme de Dieu". Et Emannuelle Pirotte de prendre le contre-pied de Dostoïevski: il n'est point de salut dans les cathédrales.

C'est un conte qu'elle nous livre. Fantastique et noir, gothique. Entre Poe, Ray et Baudelaire. C'est l'histoire de Roxanne et de Stella, sa fille, dans un monde à la dérive. Tout débute à Bruxelles alors qu'Ebola III a plongé l’Europe dans le chaos: hôpitaux débordés, électricité rationnée, fanatismes exacerbés. Roxanne survit grâce au trafic de médicaments et pense à suivre le mouvement général : s’ôter joyeusement la vie. Mais son ex-mari succombe au virus, lui laissant Stella, une fillette étrange dont elle ne s’est jamais occupée. Quand une bande de pillards assassine sa voisine, Roxanne part pour un hameau oublié, où l’attend une ancienne maison de famille. Ce sont les chemins de l'exode où l'anormalité de la violence devient la normalité. Le retour aux sources d'une vie ancestrale, là où l'on se plie aux exigences de la nature et non l'inverse. Au coeur de cette demeure: un fantôme, ou plutôt une âme errante, sorte de Laquedem.

Emmanuelle Pirotte s'imprègne des dérives du présent pour, de sa plume trempée dans l'encre noire, nous projeter dans un futur, certes pas antérieur, mais indicatif... De ce chemin, de la confrontation à l'inimaginable, surgit, pour Roxanne, Stella, et quelques-autres, une lumière. Et Dante de souligner: "Si fus-je sans soupir et sans larme avant d'ouïr celui dont les chants s'accordent à l'harmonie des sphères éternelles. Et la glace prise entour mon coeur fondit".

Roman bouleversant, dérangeant, où les questions s'entrechoquent, interpellant les consciences. Un livre dont on sort différent. Au lecteur de choisir sa voie...