vivant2

Haletant, passionnant, "La danse des vivants" se révèle un grand roman picaresque où se confrontent les réflexions sur l'identité, la destinée, l'amour... et toutes ces questions qui font la littérature! 

Nous sommes en été, 1918. Un jeune homme, d'une vingtaine d'années, se réveille dans un hôpital militaire, amnésique, choqué par un obus. Il a tout oublié de lui: son nom, sa famille, son histoire. Seules demeurent l'intelligence, la culture, l'aptitude aux langues dont celles de Voltaire et de Goethe, en particulier. Autant de qualités qui vont transformer ce soldat en parfait espion. Il intégrera sous une fausse identité l'armée allemande que la France suspecte de préparer sa revanche... Et le lecteur de découvrir en filigrane une histoire familiale complexe, de plonger au coeur d'événements historiques qui changeront à jamais le monde et ses arcanes.

L'amnésie libère-t-elle de tout préjugé?

"Surtout, cela permet un regard candide sur cette europe déchirée de l'entre-deux guerres. En travaillant avec un héros amnésique, j'ai pu analyser l'époque avec distance et créer une forme de parallèle avec les temps actuels où gronde le retour des nationalismes".

C'est aussi le regard des vaincus...

"Tout à fait! D'ailleurs les militaires allemands étaient persuadés de ne pas avoir perdu cette guerre et travaillaient à la reconquête. Ainsi, le Traité de Versailles est abordé tant du point de vue de Clemenceau, Lloyd George ou Wilson... mais également de celui des sociaux-démocrates allemands. Pour comprendre l'Histoire il faut toujours multiplier les prismes".

De l'Histoire, vous convoquez la petite et la grande. Que permet une telle construction littéraire?  

"Ce qui me passionne ce sont les gens dans leur époque. Quelles étaient leurs pensées, leurs sentiments...? L'Histoire vue d'aujourd'hui ne m'intéresse nullement. Par contre, plonger dans l'intime des personnages, explorer leur quotidien, comprendre leur révolte ou leurs faits de gloire... ça oui! De la sorte je tente de traiter le passé comme un temps présent".

Seul votre héros développe une pensée autre

"Délivré de ses préjugés, il peut en effet avoir un regard moderne, neuf, sur les événements et les Hommes".

Pourquoi "La danse des vivants"?

"C'est une métaphore qui tente à démontrer l'intrication étroite entre l'Histoire et les histoires; ce phénomène où les éléments doivent être décrits globalement, sans pouvoir les dissocier, bien qu'ils puissent être spatialement séparés. C'est donc un vivant, notre héros, face aux vivants, cette génération de l'entre-deux guerres qui essaye de se reconstruire malgré tout".

Antoine Rault réussit un roman choral ciselé, porté par une intrigue puissante. Il n'oublie jamais son lecteur qui embrassera cette danse comme une chevauchée bondissante au coeur d'une époque troublée... Bref, un régal!