5127-cC7AEL

Il est des auteurs avec lesquels les rendez-vous se révèlent tardifs. Bien des romans de William Boyd sont passés entre mes mains sans déclencher la moindre émotion jusqu'à ce qu'un hasard heureux me confie "Les vies multiples d'Amory Clay". Et là, le choc. Quel roman! Passionnant, intelligent... Quelque 547 pages de pur bonheur. Un portrait du XXème siècle sous l'égide d'une ode à la liberté de la femme... Et quelle femme!

C'est donc l'histoire d'Amory Clay que conte le romancier. Née en 1908, partie de "sa propre main" en 1983. Contre toutes les convenances de la bourgeoisie made in England, elle décide de vivre de sa passion; la photographie. Son Leica en bandoulière, elle traverse les grands événements du siècle. Elle est dans le Berlin décadent des années 20. Son oncle, dandy londonnien, lui avait conseillé de se faire un nom en ramenant de la capitale teutonne des photos exclusives et "scandaleuses" des lieux interlopes où le sexe est roi. On la retrouve à New York, dans la photographie de mode. Puis elle revient à Londres comme reporter quand y défilent les chemises noires ultraviolentes de la "British Union of Fascists and National Socialists". Elle accompagne les troupes américaines dans leur reconquête de l’Europe et on la retrouve même, déjà "mamy" de 60 ans, en photographe de guerre au Vietnam.  

Le parcours d'une femme qui a choisi la liberté pour existence, quel qu'en soit le prix. Et William Boyd d’enchaîner avec brio puissance, intimité, introspection. C’est l’Histoire vécue par une femme qui tente de tracer un destin entre un père marqué par l’horreur de la guerre de 14, sa sœur grande musicienne, son frère poète héros dans la RAF, et surtout ses amours généreuses et compliquées.

Elle veut gérer sa vie sentimentale en être libre, se jouant du statut d’épouse ou de maîtresse adorée. Exigeante, elle donne beaucoup, veut saisir la vie, les voyages, sa carrière, la possibilité d’être mère... tout en recherchant des hommes qu’elle puisse admirer.

"Les Vies multiples d’Amory Clay" est une véritable rencontre pleine d'émotions multiples et plurielles. Surtout, c'est une hymne à la vie et à la nécessité de chercher son bonheur dans chaque instant, avant qu’il ne soit trop tard.

La plume de Boyd se veut fluide, cristalline, pour guider son lecteur vers les rivages d'une littérature de haute voltige où s'entremêlent toutes les questions qui font un grand, très grand, roman. Bref, un régal!