Laurent-Seksik-Romain-Gary-a-couru-toute-sa-vie-apres-un-pere-absent_width1024

Avant d’inventer Émile Ajar, Romain Gary s’est inventé un père. Bâtissant sa légende, l’écrivain a laissé entendre que ce père imaginaire était Ivan Mosjoukine, l’acteur russe le plus célèbre de son temps. La réalité n’a rien de ce conte de fées. Drame familial balayé par l’Histoire et fable onirique, Romain Gary s’en va-t-en guerre restitue l’enfance de Gary et la figure du père absent. Avec une émotion poignante, le roman retrace vingt-quatre heures de la vie du jeune Romain, une journée où bascule son existence. Après Les derniers jours de Stefan Zweig et Le cas Eduard Einstein, Laurent Seksik poursuit magistralement cette quête de vérité des personnages pour éclairer le mystère d’un écrivain, zones d’ombre et genèse d’un créateur, dans une histoire de génie, de ténèbres et d’amour. 

Entre l'ombre du père et les (l)armes d'une mère, Romain Gary dévoile son jeu d'enfant : père, impair et manque... Et fait l'école buissonnière pour notre plus grand plaisir de lecteur...

Roman émouvant des mères et pères:

"Il n'y a pas de mauvaise mère, il y a surtout des pères absents."

"Les secrets de l'existence ne se cachent pas dans les livres, mais brillent depuis toujours dans le regard des pères."

14264959_180035979092855_3276605036765235076_n

Pascal Laurent

Filigranes Corner

Avenue Louis Lepoutre 21

1050 Bruxelles