41rICpn-PdL

Premier roman: totale réussite!

Même si l'auteur, Guillaume de Fonclare, se déclare plus à l'aise entre les nervures de l'essai "Dans ma peau" (brillant) ou du récit "Dans tes pas" (sublime), il excelle aussi, n'en déplaise à sa touchante modestie, dans l'art du roman. Et "Garbo" d'en apporter la preuve. Une magistrale épopée qui conte, sous la forme d'un testament, d'une confession, l'histoire de ce Catalan, Pujol Garcia, alias Garbo, l'un des plus grands espions de la Seconde Guerre mondiale. Un personnage trouble, ambigu, naïf (?), qui verra son destin enchâssé dans l'Histoire, la grande, celle frappée d'une majuscule. 

Garbo? L'actrice, bien sûr. Surtout, le pseudo d'un incroyable artisan de l'armée des Ombres qui oeuvra à la désinformation du Reich lors de la préparation du débarquement des Alliés en 1944. Né Catalan, donc, convaincu de ne jamais vouloir porter les armes, il combattit Franco durant la guerre civile d'Espagne pour ensuite, par les circonstances, le servir. Une personnalité bien étrange que la vie mènera à conjuguer trois existences.

Pujol Garcia à 85 ans, vit au Venezuela, lorsqu'il prend la plume pour écrire à son petit-fils l'histoire d'un secret toujours tu. Au seuil de sa dernière demeure, il lui faut se réconcilier avec l'antan et tisser les liens entre l'hier et l'aujourd'hui afin que le passé éclaire un obscur présent et que l'avenir augure un champ des possibles. C'est au tribunal de l'amour qu'il se soumet, livrant sur l'autel de la vérité, le soin à son petit-fils, Jorge, de le juger. Il ne cachera donc rien: son flirt avec la dictature, son activité pour les Anglais et les Allemands, l'abandon de sa femme et de son fils qu'il est contraint d'abandonner pour les sauver de lui-même, et... le meurtre, le sang qu'il a sur les mains, qui toute sa vie durant s'inoculera comme un venin dans les arcanes de sa mémoire.

Guillaume de Fonclare, explore, analyse, traque, les aléas d'une vie. Il dissèque, de sa plume diaphane, sèche, le sentiment de honte, la perte des repères, la fragile frontière entre mensonge et vérité... D'un souffle épique, il entraîne le lecteur dans les souterrains de l'Histoire. Passionnant, envoûtant. Bref, un régal!