27 janvier 2012

Cette vie ou une autre, Dan Chaon

Jeu de piste autour de trois personnages en quête d'identité. Lorsqu'il était gosse, Dan Chaon aimait se calfeutrer dans les songes. Il était somnambule, sans doute un peu mythomane et, quand il esquissa ses premières nouvelles, il les plaça d'emblée sous le signe de cette "inquiétante étrangeté" dont parle Freud. Dans les histoires qu'il raconte, on devine également une blessure, un manque, un vide à combler, comme s'il avait perdu une part de lui-même à sa naissance : élevé par des parents adoptifs dans une ferme du Nebraska, il... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 janvier 2012

John Irving... les retrouvailles!

Je l’avais lu à l’adolescence, émerveillé par ce livre fondateur qu’était le « Monde selon Garp ». Ensuite, il m’avait plus ou moins accompagné, plutôt moins que plus d’ailleurs. Sans doute, les rivages de l’innocence s’éloignant peu à peu, n’accordais je plus à Irving l’importance qu’il méritait. Sans doute aussi mes vagabondages et mes voyages littéraires m’entraînaient vers d’autres horizons. Pourtant, quelque 20 années plus tard, il revint à moi par le hasard d’une quête personnelle… une sorte d’apprentissage inversé. Et... [Lire la suite]
16 janvier 2012

Richard Wright, Black Boy

Dans mes pérégrinations au coeur de la littérature américaine, j'avais toujours reporté l'heure d'aborder Richard Wright. Sans doute une certaine réticence face au sujet. Probablement une crainte de ce qu'on pouvait y décrire - une violence raciale brute, sauvage- sans atermoiement de bons sentiments visant à ménager le lecteur. Mais là, j'ai dépassé mes préjugés en poussant la porte de son univers et directement par la face sud, la plus abrupte, sans aspérité: Black Boy. Roman autobiographique sans concession. Un choc! Dès les... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 janvier 2012

La réserve, Russel Banks

« C'est pour les mêmes raisons qu'on déteste une personne ou qu'on l'aime. » La voix qui prononce ces mots terrifiants est celle d’une femme, atone, grave - de la rocaille surgie de ses entrailles. Ainsi parle Vanessa Cole, féline héroïne de Russell Banks. Est-ce pour les mêmes raisons qu'on déteste un roman ou qu'on l'aime ? Est-ce pour les mêmes raisons que l'on se laisse séduire ou que l'on refuse l'enchan­tement ? La Réserve subjugue jusqu'à déranger, dérange jusqu'à subjuguer. Se dégage de cette histoire au long... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 janvier 2012

Ce qu'on peut lire dans l'air, Dinaw Mengestu

Lorsque les parents de Dinaw Mengestu se sont enfuis d'Ethiopie, en 1980, il n'avait que deux ans. La tyrannie instaurée par un régime de plus en plus soviétisé les contraignit à déposer leurs fragiles pénates aux Etats-Unis, où ils rejoignirent la cohorte anonyme de ces "voyageurs en résidence" qui vivent écartelés entre deux continents, en attendant des jours meilleurs. Quant à leur fils, cruellement coupé de ses racines, à tout jamais orphelin de sa terre natale, il a fini par choisir le camp de la littérature afin de retrouver... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 décembre 2011

Chez les heureux du monde, Edith Warthon

Aaaaahhhh, Edith Warthon… Femme sublime. D’une élégance rare tant dans l’allure que dans le génie littéraire.« Chez les heureux du monde » demeure l’un des grands romans du début du XXème siècle : l’histoire d’une femme qui combat pour exister. Ainsi, un après-midi de septembre, à la gare de New York, Maître Selden rencontre par hasard Miss Lily Bart ; elle vient de manquer le train qui devait la conduire chez des amis et accepte de prendre une tasse de thé chez l'avocat. C'est l'occasion pour lui de faire une cour... [Lire la suite]

27 décembre 2011

A la poursuite du bonheur, Douglas Kennedy

Bon, Douglas Kennedy, je me méfiais. Une certaine appréhension par rapport au "story teller", au "page turner", au Marc Levy version intello... Bref, autant de préjugés à surmonter. Entendons-nous, je ne suis pas de ceux qui crachent sur les auteurs qui vendent. Au contraire! Tant Levy que Musso ou de Rosnay sont d'excellents conteurs. Rien ne sert d'y chercher Flaubert, Hugo ou Proust. Et puis, grâce à eux, des millions de personnes lisent. Et ça, c'est un argument imparable en leur faveur. Oh lalala, voilà que je m'éloigne... Et... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 décembre 2011

Tc Boyle, les femmes

Avec ses piercings et sa dégaine à la Ravachol, T.C. Boyle cultive vaillamment sa punkitude, ce qui ne l'empêche pas d'être l'éminent professeur d'une université californienne où il dit pratiquer son métier comme un sacerdoce. "Je suis un prédicateur, pour la cause de la littérature", confesse ce romancier de 62 ans qui a grandi dans un milieu ouvrier avant de monter un groupe de rock et de se frotter à l'écriture pour imiter son auteur fétiche, John Cheever. Aujourd'hui installé à Santa Barbara dans une maison dessinée par Frank... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 décembre 2011

Les Disparus, L'étreinte fugitive - Daniel Mendelshon

Entre Proust et Homère, à la recherche de l'identité perdue Professeur, auteur, critique littéraire, juif, Chelseayer ... la personnalité de Daniel Mendelsohn se fragmente en diverses mosaïques que l'homme tente d'appréhender au travers d'une œuvre littéraire dont le fil d'Ariane est la quête identitaire. Il explore le labyrinthe de son existence. Cette sollicitude l'entraîne, à travers les mythes grecs d'Antigone à Œdipe, de Narcisse à Ion, sur les layons d'Homère dont il tisse les liens avec notre monde moderne. Daniel... [Lire la suite]
17 décembre 2011

Richard Powers, Le temps où nous chantions

A près de cinquante ans, Richard Powers ressemble toujours à l'étudiant en physique qui, jadis, songeait à devenir chercheur en laboratoire. A moins que ce ne soit à l'ancien élève de violoncelle, de saxophone et de clarinette qui se voyait jouer au sein des grandes formations classiques. Ou bien au programmeur informatique qu'il fut à ses débuts, lorsqu'il revint aux Etats-Unis après une jeunesse passée à Bangkok et une escale aux Pays-Bas, qu'il lui fallut prendre un métier pour gagner sa vie et que l'écriture ne l'avait pas encore,... [Lire la suite]