22 septembre 2012

L'amour commence en hiver, Simon Van Booy

Extrait " Je voulais seulement me plonger dans son regard vert, écouter le son cadencé de sa voix, comme si ses mots étaient les notes que j'avais toujours cherché à entendre, celles que je n'avais jamais jouées, les sons mêmes de la vie". "Mon vieux professeur de géographie nous a un jour dit que la musique, les peintures, les sculptures et les livres du monde entier étaient des miroirs dans lesquels nous pouvions distinguer des variantes de nous-mêmes" P.17.

05 septembre 2012

Rentrée Littéraire: surprises victoriennes

La rentrée littéraire offre également à certains éditeurs l'occasion de sortir du néant de petites merveilles oubliées. Ainsi, soulignons l'initiative d'Archipoche de publier deux romans anglais, deux chefs-d'oeuvres trop méconnus... Paru en 1860, le premier roman de Mary ELizabeth Brandon connut un succès fulgurant. Considérée aujourd'hui comme la pionnière du suspense made in England, elle excelle dans l'art de l'intrigue et du rebondissement. Stevenson et Henry James lui vouaient d'ailleurs une véritable admiration et Thackeray,... [Lire la suite]
07 juillet 2012

Voyage avec ma tante, Graham Greene

Depuis que j'ai redécouvert Graham Greene (voir La XXVème heure des 25 et 26 juin), il ne me quitte plus. Sorte de plongée sans fin dans l'univers de cet auteur qui fut l'un des plus proches amis d'Evelyn Waugh (une autre de mes références absolues). Bien entendu, j'ai relu les romans dits du cycle catholique, ceux d'espionnage et de divertissement... Mais là, je découvre encore une nouvelle facette de Greene, celle de l'humour avec tout ce quelle contient de So British. "Voyage avec ma tante" se révèle drôle, fin, élégant,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juin 2012

La Puissance et la gloire et autres romans, Graham Greene

  *Les trois premiers romans de ce volume sont les plus grands, les plus achevés de l'œuvre de Greene, s'articulant tous autour des mêmes thèmes: Dieu, la Grâce et le Salut. Seulement Greene est un transfuge du protestantisme, et le regard qu'il promène sur l'univers du catholicisme peut, entre deux éblouissements, se montrer d'une impitoyable acuité. Il sait, comme elles le savent depuis que Valéry leur a assené cette révélation, que les civilisations sont mortelles et le christianisme n'échappe pas à la dure loi commune.... [Lire la suite]
25 juin 2012

La saison des pluies, Graham Greene

Querry a perdu la foi – la foi en Dieu, la foi en son amour pour les femmes, la foi en sa vocation d'architecte qui construit des églises... Pour échapper à sa condition de « mort-vivant » et – qui sait ? – pour retrouver un sens à sa vie, il fuit son quotidien de nanti pour l'Afrique aux mille masques. Il échoue au Congo belge, dans une léproserie, ou il tentera de « soigner » son indifférence au monde, aux autres. Ce pourrait être un avant-goût du bonheur et une possible renaissance, si un jour il n'était reconnu par un... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 juin 2012

La chambre des vies oubliées, Stella Duffy

J'avoue, ignorant que j'étais, je  ne connaissais pas cet incroyable roman "La chambre des vies oubliées" et encore moins Stella Duffy que je confondais avec une vague chanteuse.... Le mal est réparé. Et quelle découverte! Des gens ordinaires, au coeur d'un roman choral, qui cachent des secrets extraordinaires. C'est le London du brassage des cultures, celui au-delà de la Tamise, celui aux couleurs de la diversité mais dont on parle trop peu... Dans un quartier pauvre du sud de Londres, après quarante ans de labeur derrière le... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 22:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2012

Le prisonnier d'Edimbourg, Robert Louis Stevenson

Saint-Yves, officier de Napoléon, s'évade de la forteresse d'Edimbourg. Il récupère un héritage colossal pendant sa fuite, échappe à une filière de "passeurs" douteux, revient à Edimbourg et s'introduit dans un bal où sont réunis ses ennemis et poursuivants. Il leur échappe en ballon, est repêché en mer, débarque à Boston, réembarque vers Bordeaux, revient à Paris sous Louis XVIII, trouve l'amour après un dernier appui apporté à l'Empereur à Waterloo. Cest par ce coup de maître placé sous le signe de la poésie, du mystère et de... [Lire la suite]
16 mai 2012

Un brin de verdure, Barbara Pym

Avec la discrète Barbara Pym, nous voici dans le Sud Est de l’Angleterre. Emma Howick, anthropologue, vient habiter dans la maison de sa mère, située dans un petit village, le temps d’achever son travail de recherches. Pour cela, elle observe les habitants en se mêlant à tous les évènements de ce lieu.  Avec dérision, mais aussi avec tendresse, l’auteur décrit en détails, les gens, les choses, les évènements, en un mot, la vie de ce village dans les sixties. Sous des apparences paisibles, elle critique la société anglaise... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mai 2012

Retour à Brideshead, Evelyn Waugh

On ne présente plus Evelyn Waugh... m’avait-on dit. Sauf que moi, j’avoue humblement qu’il m’était inconnu. Lacune comblée grâce à une convalescence. Cloué à la maison, c’est lors d’une balade du lit au fauteuil et du fauteuil au canapé que, par hasard, Waugh s’est présenté à moi sous les traits d'un roman   « Retour à Brideshead ». Waow ! Quelle rencontre…Je plongeais avec délice dans l’entre-deux guerre, sur les traces de Charles Ryder, étudiant à Oxford, mêlé au destin d'une famille aristocrate catholique... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 avril 2012

Le manoir de Tyneford, Natasha Solomons

Moi, je l'adore! Natasha Solomons. Elle m'avait enthousiasmé avec "Jack Rosemblum rêve en Anglais", elle m'enchante avec "Le manoir de Tyneford"... Cette jeune auteure d'à peine trente-deux ans nous émerveille avec des personnages sensibles, attachants, un art maîtrisé du récit, un humour corrosif mais jamais méchant, une totale dérision qui ne nie la réalité, une plume fine et élégante... Bref, les amateurs de bonne littérature anglaise au parfum délicieusement désuet, seront comblés par ce nouveau roman. Comme dans "Jack... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 13:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,