18 février 2014

Elle qui ne savait pas dire je, Pierre Pelot

Bon là, j'vais en faire des tonnes, pas dans la dentelle, mais je suis en colère, vraiment en colère: M....  et re M..... ! Enooooooooooooooooooooooorme coup de gueule pour un roman génial et pour un auteur qui l'est tout autant: Pierre Pelot "Elle qui ne savait pas dire je". Un grand roman visionnaire, inspiré et sauvage, écrit dans une langue exceptionnelle. Bon sang de bonsoir!!!!! Mais où sont les chroniqueurs, les critiques, mais amis libraires et tous ceux qui ont pour misssion de faire aimer la littérature et les... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2014

Le réveil du cœur, François d'Epenoux

En cette fin dejournée marathon, l'homme affiche encore un sourire engageant. Vrai, sincère. Une poignée de main ferme et un regard empathique. Nous prenons chacun un expresso. Parfait. Mousseux à souhait. Une manière d'entrer en confidence. La voix est douce, parfois hésitante. Il marque les silences, souligne d'un geste large une idée, une perception, un ressenti. Francois d'Epenoux écoute, reformule, s'étonne, s'enthousiame lorsqu'il évoque "Le vieux", Jean, Malo... tous ces personnages qui habitent son dernier roman "Le réveil... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 janvier 2014

Le grand troupeau, Jean Giono

Bon, en cette année anniversaire, il pleut des livres sur la Grande Guerre. Pourtant certains classiques demeurent incontournables car ils en ont mieux parlé que quiconque! "Le grand troupeau" est de ceux-là. Avec en plus le régal de la plume de Giono! Et l'auteur de conter ceux qui ne sont pas partis. L'histoire? celles des conditions difficiles que rencontrent les gens qui sont restés. Il n'y a pas que sur les champs de bataille que sévit la Grande Guerre. Sur les collines aussi, dans cette paix apparente faite de soleil et de... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 décembre 2013

Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver, Francis Dannemark

Bon, il y a des livres sur lesquels on ne va pas en faire des tonnes, simplement parce qu'ils relèvent de l'évidence. Point. C'est le cas de ce petit opuscule de Francis Dannemark "Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver".  L'histoire? Deux inconnus, dans un train entre Bruxelles et Lisbonne. Ils vont dialoguer, échanger... Et voilà! 92 pages d'élégance, de finesse, d'humour, de légèreté, de profondeur, d'intelligence, de délicatesse...  sur les choses de la vie. Bref, un régal! 
17 novembre 2013

Concerto pour la main morte, Olivier Bleys

  Nous sommes en fin de journée. La clarté du ciel s'éteint lentement au profit d'une ambiance confinée, sorte de flottement entre l'ombre et la lumière. C'est dans cet instant propice aux confidences que nous retrouvons Olivier Bleys pour une conversation, une exploration de son dernier roman "Concerto pour la main morte". L'homme semble calme, posé. Son regard translucide exprime néanmoins une fragilité intérieure, une sorte de friabilité. Sa voix est douce. Il connaît les silences. Lui qui se décrit comme "Un sauvage... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2013

Les champs d'honneur, Jean Rouaud

A l'heure où le Goncourt célèbre le roman populaire, et c'est tant mieux! Et je m'en réjouis! Félicitations à Pierre Lemaître que la XXVème heure avait soutenu dès sa parution, c'est vers un autre Goncourt que je vous emmène: Jean Rouaud pour "Les champs d'honneur". L'histoire personnelle de cet auteur se veut sans précédent. Breton, Jean Rouaud à 38 ans lorsque paraît son roman aux Editions de Minuit à l'automne 1990. L'homme à fait des études de Lettres et tient un kiosque à journaux dans Paris. Dès sa publication ce roman... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 octobre 2013

Avec vue sur la mer, Didier Decoin

"J'ai écrit ce livre pour dire que je n'habite pas une maison mais que je suis habité par elle", souligne Didier Decoin.  Depuis bientôt trente ans, Chantal et Didier Decoin entretiennent une relation privilégiée avec Cupidon: leur rencontre d'abord, l'amour d'une région ensuite, la découverte de LA maison (écrin de leur bonheur) enfin. Celle-ci s'érige au cap de la Hague, au nord du nord du Cotentin ! Là où il faut passer par l'opérateur anglais si l'on veut téléphoner avec un portable à son voisin distant de vingt... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 octobre 2013

Folles de Django, Alexis Salatko

"Si tout le monde ou presque peut siffloter un air de Django. Sa vie, elle, demeure un mystère", commente Alexis Salatko lorsqu'il évoque, avec passion, mais une passion teintée de toute la pudeur qui le caractérise, le personnage central de son nouveau roman "Folles de Django". Rien ne disposait, en effet, Jeannot Renard, né dans une roulotte en 1910, illettré, infirme après un incendie, sans culture musicale, à imposer au monde du jazz un jeu de guitare d’une dextérité renversante, à devenir Django Reinhardt, le roi du swing,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2013

La servante du Seigneur, Jean-Louis Fournier

Et voici le troisième tableau du triptyque qui compose Jean-Louis Fournier, "La servante du Seigneur". On se souvient de "Où on va, papa?, l'histoire de ses deux enfants handicapés (disparus aujourd'hui); "Veuf", ou le chemin de la disparition de son épouse et comment y survit-on?. Voici donc l'histoire d'un cri, celui d'un père pour sa fille entrée dans les ordres. Marie, a rencontré un Monseigneur qui a su lui vendre Le Seigneur et l'envie d'être une sainte. Difficile pour un père, un papa, un vrai, non celui au sens catholique... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 août 2013

L'invention de nos vies, Karine Tuil

Certainement candidate à la liste des prix de cette rentrée 2013, Karine Tuil nous livre avec "L'invention de nos vies", chez Grasset, l'un de ses romans les plus aboutis. Un récit intense où elle explore le mensonge, la quête d'identité, la culpabilité... L'un des gros coups de coeur de la XXVème heure. L'histoire? Celle de Sam Tahar. Il semble tout avoir : la puissance et la gloire au barreau de New York, la fortune et la célébrité médiatique, un « beau mariage »… Mais sa réussite repose sur une imposture. Pour se fabriquer... [Lire la suite]