06 mai 2012

Retour à Brideshead, Evelyn Waugh

On ne présente plus Evelyn Waugh... m’avait-on dit. Sauf que moi, j’avoue humblement qu’il m’était inconnu. Lacune comblée grâce à une convalescence. Cloué à la maison, c’est lors d’une balade du lit au fauteuil et du fauteuil au canapé que, par hasard, Waugh s’est présenté à moi sous les traits d'un roman   « Retour à Brideshead ». Waow ! Quelle rencontre…Je plongeais avec délice dans l’entre-deux guerre, sur les traces de Charles Ryder, étudiant à Oxford, mêlé au destin d'une famille aristocrate catholique... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mai 2012

La pleurante des rues de Prague, Sylvie Germain

Silhouette d'elfe, fin visage triangulaire dévoré par un immense regard d'eau claire, Sylvie Germain semble sortie d'un de ces récits fabuleux dont elle a le secret. Sous ses allures d'éternelle enfant, Elle cache une puissance créatrice d'une grande maturité. Les nombreux ouvrages que cette travailleuse acharnée compte à son actif constituent une oeuvre impressionnante de force et de cohérence, traversée par une question centrale: l'énigme du mal, qu'il s'agisse des horreurs de la guerre d'Algérie dans "Le livre des nuits" ou... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mai 2012

Le blé en herbe, Colette

Sublime roman de la découverte: celle de l'amour, de la sensualité, de la chair, de l'interdit, du sentiment et de la jouissance... Chef-d'oeuvre!! Toute leur enfance les a unis, l'adolescence les sépare. Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent tous leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l'amour s'installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu'eux. Et cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L'insouciance et la confiance font alors... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2012

Pour en savoir Plus sur Natasha Solomons....

http://www.natashasolomons.com/  
Posté par didier debroux à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2012

Le manoir de Tyneford, Natasha Solomons

Moi, je l'adore! Natasha Solomons. Elle m'avait enthousiasmé avec "Jack Rosemblum rêve en Anglais", elle m'enchante avec "Le manoir de Tyneford"... Cette jeune auteure d'à peine trente-deux ans nous émerveille avec des personnages sensibles, attachants, un art maîtrisé du récit, un humour corrosif mais jamais méchant, une totale dérision qui ne nie la réalité, une plume fine et élégante... Bref, les amateurs de bonne littérature anglaise au parfum délicieusement désuet, seront comblés par ce nouveau roman. Comme dans "Jack... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 13:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
17 avril 2012

Virigina Woolf, dans la Pléiade et dans le Magazine Littéraire...

Excellent dossier du Magazine Littéraire consacré à La grande Virginia Woolf. A lire tant par les inconditionnels que ceux qui ne la connaissent pas encore. Une belle entrée en matière dans l'univers et l'oeuvre de celle qui bouleversa les codes de la littéarature anglaise au début du XXème siècle. Si vous voulez approfondir, un petit conseil: la biographie de Viviane Forrester ( voir La XXVème heure du 08/04/2012)   http://www.magazine-litteraire.com/content/Editorial/article?id=21409  
Posté par didier debroux à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 avril 2012

Martin Eden, Jack London

Il y a Gatsby, il y a Martin! Martin Eden.... Vingt ans avant ses confrères de la Lost Generation, Jack London a fourni à la littérature américaine un petit bijoux : un roman moderne – publié en 1909 – et complexe qui porte sur la désillusion de l’amour, sur le désenchantement de l’ascenseur social et sur une déception générale de la vie. Au début du XXe siècle, Martin Eden a vingt ans. Marin qui ne possède pas grand chose, si ce n’est un mental d’acier et de gros bras, il ère. Au hasard d’une bagarre, il défend un jeune... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 avril 2012

Les petits sacrifices, Caroline Sers

En 2004, sous l'insistance de Monsieur Filipson, libraire bruxellois, qui clamait "Satisfait ou remboursé", j'ai découvert un petit bijoux, "Tombent les avions" de Caroline Sers. L'histoire d'une réunion de famille où ressortent tous les non-dits, les secrets cachés, les douleurs silencieuses... Elle enchaîna avec "La maison Tudaure", sorte d'enquête criminelle au sein d'une famille et, son troisième opus, "Les petits sacrifices". De 1914, qui marque la fin de la Belle Epoque, à 1950, au sortir d’une guerre après laquelle rien ne... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 avril 2012

Virginia Woolf, Viviane Forrester

Lors de ma conversation avec Christine Orban se posait la question comment aborder l'oeuvre de Virginia Woolf? Elle préconisait de débuter par son journal, et j'argumentais pour "La promenade au phare" qui me paraissait une porte d'entrée facile à l'univers de cet auteur hors norme. Finalement, je rejoins l'argument de Christine Orban: "Sa vie est dans son oeuvre et vice versa". Bon d'accord, mais alors, j'opte pour une biographie. Oui mais laquelle? Tant ont été écrites... Par hasard, j'ai croisé celle que lui consacre Viviane... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2012

Train de nuit pour Lisbonne, Pascal Mercier

Il ne sert à rien de tergiverser: quel talent, mais quel talent! Voilà un auteur, Pascal Mercier, philosophe de formation, capable d'écrire un ovni, passionnant, envoûtant, qu'on ne lâche qu'à l'aube. Car ce "Train de nuit pour Lisbonne" vous emporte sur les traces d'un homme en quête d'un autre homme. Et si c'est autre n'était que lui? L'histoire? Celle de Raimund Gregorius, sorte de « fruit-sec » qui ne semble vivre que pour l'étude des langues anciennes qu'il maîtrise à la perfection. Il habite seul à Berne, ne voit... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,