05 avril 2012

La pelouse de Camomille, Mary Wesley

A 70 ans elle publie son premier roman après une vie de voyageuse et un goût prononcé pour le "so shocking" version British. Avec "La pelouse Camomille", Mary Wesley bouleverse une nouvelle fois les codes de la passion avec humour et immoralité élégante... Comme chaque été, les cinq neveux de Richard et d'Helena se retrouvent dans la maison de Cornouailles. C'est le temps béni des jeux, des baignades au pied de la falaise, la saison de toutes les audaces, des après-midi paresseux sur la pelouse de camomille, sans autre souci... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2012

Les ailes de la colombe, Henry James

Henry James s'impose aujourd'hui comme l'un des maîtres qui ont renouvelé le roman au cours des cent dernières années. A la recherche, comme Rimbaud ou Proust, de "la vraie vie", il ne voit de salut que dans l'intensité intérieure, dans la liberté et l'authenticité des consciences, dont il révèle avec une acuité inégalée la complexité mouvante, le cheminement imperceptible, la prise de distance à l'égard d'une société mortifère. Accueillir la richesse du monde, prolonger la magie des rencontres heureuses, aimer pour rien : voilà... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 mars 2012

Le dernier des Weynfeldt, Martin Suter

Manières élégantes, allure distinguée et gracieuse, toujours courtois, s’exprimant avec une surprenante économie de mots, Martin Suter aime cultiver la discrétion. Il ressemble sans doute à ses romans dont on sait qu'il seront toujours d'agréable compagnie et dont les premières lignes laissent augurer de futures heures fertiles… Après "Small world", "Le diable de Milan", "Un ami parfait"... "Le dernier des Weynfeldt " s’apparente à une comédie policière du meilleur aloi ouvrant le rideau sur une scène stupéfiante : la belle et... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mars 2012

Gérard Collard aime la XXVème heure et partage sur facebook. Merci Monsieur l'Académicien!

  via Gérard Collard merci et felicitations pour cette interview!!   Virginia et Vita, Christine Orban - La XXVème heure http://xxvemeheure.canalblog.com/archive... Au cœur de la passion, la création ! Christine Orban ressuscite Viginia et vita : une histoire d’amour et de littérature Il y a...    
Posté par didier debroux à 20:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mars 2012

Rencontres et destins, E.M. Forster

Ô bonheur, Ô joie! Edward Morgan Forster (1879-1970)  "is back"! Et hommage à la collection Omnibus qui rassemble en un livre l'essentiel de  cet écrivain génial que tout le monde connaît, en plus! Eh oui, si on vous dit "Chambre avec vue", "Sur la route des Indes"...  Mais c'est bien sûr...! Voilà quelques-unes des adaptations cinématographiques de ses romans. Auteur majeur, E.M. Forster se fait le peintre des passions confrontées aux convenances morales et sociales de l'Angleterre de son époque. Sa plume... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2012

Grand hôtel Nelson, Frédéric Vitoux

A l'heure où l'Académicien enquête, dans son dernier ouvrage, sur un étrange meurte au coeur de l'Île St Louis; faisons un petit retour sur précédent roman où Frédéric Vitoux explorait, en adolescent, les années folles et les secrets d'alcove de son grand-père dans un hôtel de passe connu sous le nom d'"Hôtel Nelson"... "Surtout n'en parle pas à ta mère !" intima Pierre Vitoux à son fils Frédéric, lorsque ce dernier, vers la fin des années 1960, lui montra une série des plaques sous-verre pornographiques ayant appartenu à son... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2012

Virginia et Vita, Christine Orban

Au cœur de la passion, la création ! Christine Orban ressuscite Viginia et vita : une histoire d’amour et de littérature Il y a Virginia Woolf, auteur majeur qui bouleversa les codes de la littérature anglaise au début des années 1900, mariée à Léonard, son éditeur, avec qui l’amour n’a rien de charnel et semble s’épanouir dans une relation vouée à l’œuvre de l’écrivain. Virginia se veut solitaire, anxieuse, totalement réfugiée dans  l’imaginaire et l’écriture. Instable, tourmentée par des blessures de jeunesse, elle... [Lire la suite]
18 mars 2012

Les autos tamponneuses, Stéphane Hoffmann

Une histoire de bourgeois retirés dans le golfe du Morbihan, dans un endroit vachement classe, où le couple et ses fantômes concentrent les préoccupations de l'auteur. Bon, écrit comme çà, voilà qui n'inspire guère à la lecture. Et pourtant, Stephane Hoffmann est diabolique car il fait de ce roman une véritable dentelle d'humour et de lucidité. Pour Pierre Bailly, son héros, l'heure du repos bien mérité a sonné et il décide d'abandonner ses bureaux de la Défense, où prospère l'entreprise familiale fondée par son... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 mars 2012

Là-haut tout est calme, Gerbrand Bakker

A Cinquante-cinq ans est-il trop tard pour changer de vie? Cette question se tisse en filigrane du merveilleux roman de Gerbrand Bakker. L'histoire de Helmer van Wonderen qui, depuis trente-cinq ans, vit dans la ferme familiale au nord de la Hollande, malgré lui. C'est Henk, son frère jumeau, qui aurait dû reprendre l'affaire. Mais il a disparu dans un tragique accident, à l'âge de vingt ans. Alors Helmer travaille, accomplissant invariablement les mêmes gestes. Sorte de Sisyphe inconscient... Un jour, sans raison apparente,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mars 2012

Lettre à Milena, Franz Kafka

A ce point occupé par l'Angleterre, ses vieilles duchesses, les amours de Virginia Woolf et de Vita Sackville-West, Bloomsbury, cette aristocratie déclinante et décadente... j'en oubliais qu'à Prague, en 1919, alors qu'il a 36 ans, Kafka entretient avec sa traductrice Milena une folle passion qui se révèlera dans une correpondance d'une rare intensité. Véritable chef-d'oeuvre épistolaire.   La silhouette de cette femme, Milena Jesenská, « Milena de Prague », « vraiment fabuleusement belle» disait Kafka, qui fut d’abord sa... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,