02 janvier 2012

La trilogie transylvaine, Miklos Banffy

Miklós BANFFY (1873-1950). Né à Cluj (aujourd'hui en Roumanie), il est le prototype de ces aristocrates de Transylvanie — élevés souvent dans la tradition calviniste — qui ont toujours eu à coeur, semble-t-il, d'incarner la part la plus remuante du génie hongrois. Un destin de premier rang semblait promis à cet homme « bien né », riche de talents, de culture et d'ambition. Promesse un temps tenue : Miklós Banffy sera au début du siècle un écrivain fêté, un administrateur de théâtre curieux de la modernité, un homme politique... [Lire la suite]

01 janvier 2012

Sur la plage de Chesil, Ian McEwan

Début d’année 2012 version « waow » : Sur la plage de Chesil de Ian McEwan, acheté il y a quelques mois, sous l’influence hypnotique de Gérard Collard, ce libraire aussi allumé que TC Boyle, chroniqueur affublé d’une incroyable houppette, propriétaire de « La Griffe Noire » (voir lien XXVème heure). Gérard, c’est un ovni. Il parle des livres avec 150 mots de vocabulaire, sait trouver les arguments car il aime réellement les ouvrages et les auteurs qu’il plébiscite (disons-le, il se trompe rarement) !... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 décembre 2011

Meilleurs voeux

Voilà, ces dernières heures sonnent le glas de 2011. Le moment des constats… Difficile de faire un bilan lorsque sur mon bureau trônent une moulure de la main de Cocteau, un portrait de Chopin, une photo de Picasso. Le poids des génies. Mais bon, leur présence quotidienne demeure une lueur et crée la volonté de chaque jour faire un peu mieux… Alors, 2011 ? Une année riche… en découvertes littéraires et musicales. Quelques septante romans lus dont une soixantaine approuvés. Très bonne statistique finalement. Même si mes plus... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 13:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2011

Chez les heureux du monde, Edith Warthon

Aaaaahhhh, Edith Warthon… Femme sublime. D’une élégance rare tant dans l’allure que dans le génie littéraire.« Chez les heureux du monde » demeure l’un des grands romans du début du XXème siècle : l’histoire d’une femme qui combat pour exister. Ainsi, un après-midi de septembre, à la gare de New York, Maître Selden rencontre par hasard Miss Lily Bart ; elle vient de manquer le train qui devait la conduire chez des amis et accepte de prendre une tasse de thé chez l'avocat. C'est l'occasion pour lui de faire une cour... [Lire la suite]
29 décembre 2011

Inch'Allah, Gilbert Sinoué

De Bagdad à Jérusalem, en passant par le Caire, Gilbert Sinoué raconte le Moyen-Orient Nous nous sommes rencontrés la première fois en 2009, à la sortie d’Erevan. Je ne sais pourquoi, mais très rapidement, il y eu une réelle complicité entre nous. Depuis, nous conversons, nous déjeunons parfois ensemble. Il est devenu un ami… L’homme est d’une culture peu commune, a vécu mille vies, d’une insatiable curiosité, profondément humain et humaniste… Ce matin d’avril, nous nous croisons au bar de l’hôtel Lutetia, pour discuter de ce... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 décembre 2011

Stefan Zweig, Biographie, Dominique Bona

Il y a, en général, deux temps forts et passionnants dans les biographies: l'enfance, l'agonie. Comment on grandit, comment on meurt. On peut, classiquement, prendre les vies dans l'ordre chronologique, les biographes le font, les lecteurs les lisent ainsi. Mais on pourrait, souvent, se passer des longs jours qui les séparent l'une de l'autre, sauter par-dessus l'existence, aller tout de suite au bout: la fin du tunnel illumine tellement le reste ! Elle le résume, le condense. Bien sûr, la méthode serait injuste, peu respectueuse de... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 décembre 2011

A la poursuite du bonheur, Douglas Kennedy

Bon, Douglas Kennedy, je me méfiais. Une certaine appréhension par rapport au "story teller", au "page turner", au Marc Levy version intello... Bref, autant de préjugés à surmonter. Entendons-nous, je ne suis pas de ceux qui crachent sur les auteurs qui vendent. Au contraire! Tant Levy que Musso ou de Rosnay sont d'excellents conteurs. Rien ne sert d'y chercher Flaubert, Hugo ou Proust. Et puis, grâce à eux, des millions de personnes lisent. Et ça, c'est un argument imparable en leur faveur. Oh lalala, voilà que je m'éloigne... Et... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 décembre 2011

Erevan, Gilbert Sinoué

Dante n’avait rien vu Erevan, sous les cendres demeure... l'Arménie. Que raconte Gilbert Sinoué Auréolé de son talent de conteur oriental, Gilbert Sinoué plonge avec émotion dans la tragédie du peuple arménien. À travers une famille d'Anatolie, il tisse les destins et retrace les chemins qui, à l'ombre du Croissant, mènent vers l'insupportable. Et l'auteur d'inviter le lecteur, comme le préface son ami Charles Aznavour, à "réconcilier nos peuples et se libérer d'un mensonge d'État pour entrer, clair et limpide, dans cette Europe qui... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 décembre 2011

Chucho, Grégoire Polet

Voilà longtemps que j'attendais de rencontrer Grégoire Polet. "Leurs vies éclatantes" son troisième roman m'avait ébloui. Le genre de livre qu'on ne lâche pas et pour lequel on gribouille un tas de notes dans nos calepins. Un roman dont les petites phrases vous accompagnent longtemps. J'avais enchaîné "Madrid ne dort jamais" et "Excusez les fautes du copiste". Chucho, son quatrième opus, explorait une nouvelle voie: après le roman choral, Polet affichait un roman court, vif, dense et tranchant. Une journée dans la vie de Chucho, un... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 décembre 2011

Le chagrin, Lionel Duroy

On m’en parlait beaucoup. Trop peut-être. Car j’éprouvais une sorte de réticence à plonger dans ce livre au titre si évocateur : « Le chagrin ». Mais c’est lors de son passage à « La grande Librairie », que dès le lendemain j’achetais le livre et m’y lançais à corps perdu. Lionel Duroy n’apparaissait pourtant pas pour ce qu’on nomme en télé « un bon client ». Mais il m’avait ému. Sa fragilité, sa difficulté à expliquer sa quête, son humilité, son travail à l’os de la douleur… Et je ne fus pas déçu.... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,