28 décembre 2011

Stefan Zweig, Biographie, Dominique Bona

Il y a, en général, deux temps forts et passionnants dans les biographies: l'enfance, l'agonie. Comment on grandit, comment on meurt. On peut, classiquement, prendre les vies dans l'ordre chronologique, les biographes le font, les lecteurs les lisent ainsi. Mais on pourrait, souvent, se passer des longs jours qui les séparent l'une de l'autre, sauter par-dessus l'existence, aller tout de suite au bout: la fin du tunnel illumine tellement le reste ! Elle le résume, le condense. Bien sûr, la méthode serait injuste, peu respectueuse de... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 décembre 2011

A la poursuite du bonheur, Douglas Kennedy

Bon, Douglas Kennedy, je me méfiais. Une certaine appréhension par rapport au "story teller", au "page turner", au Marc Levy version intello... Bref, autant de préjugés à surmonter. Entendons-nous, je ne suis pas de ceux qui crachent sur les auteurs qui vendent. Au contraire! Tant Levy que Musso ou de Rosnay sont d'excellents conteurs. Rien ne sert d'y chercher Flaubert, Hugo ou Proust. Et puis, grâce à eux, des millions de personnes lisent. Et ça, c'est un argument imparable en leur faveur. Oh lalala, voilà que je m'éloigne... Et... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 décembre 2011

Erevan, Gilbert Sinoué

Dante n’avait rien vu Erevan, sous les cendres demeure... l'Arménie. Que raconte Gilbert Sinoué Auréolé de son talent de conteur oriental, Gilbert Sinoué plonge avec émotion dans la tragédie du peuple arménien. À travers une famille d'Anatolie, il tisse les destins et retrace les chemins qui, à l'ombre du Croissant, mènent vers l'insupportable. Et l'auteur d'inviter le lecteur, comme le préface son ami Charles Aznavour, à "réconcilier nos peuples et se libérer d'un mensonge d'État pour entrer, clair et limpide, dans cette Europe qui... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 décembre 2011

Chucho, Grégoire Polet

Voilà longtemps que j'attendais de rencontrer Grégoire Polet. "Leurs vies éclatantes" son troisième roman m'avait ébloui. Le genre de livre qu'on ne lâche pas et pour lequel on gribouille un tas de notes dans nos calepins. Un roman dont les petites phrases vous accompagnent longtemps. J'avais enchaîné "Madrid ne dort jamais" et "Excusez les fautes du copiste". Chucho, son quatrième opus, explorait une nouvelle voie: après le roman choral, Polet affichait un roman court, vif, dense et tranchant. Une journée dans la vie de Chucho, un... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 décembre 2011

Le chagrin, Lionel Duroy

On m’en parlait beaucoup. Trop peut-être. Car j’éprouvais une sorte de réticence à plonger dans ce livre au titre si évocateur : « Le chagrin ». Mais c’est lors de son passage à « La grande Librairie », que dès le lendemain j’achetais le livre et m’y lançais à corps perdu. Lionel Duroy n’apparaissait pourtant pas pour ce qu’on nomme en télé « un bon client ». Mais il m’avait ému. Sa fragilité, sa difficulté à expliquer sa quête, son humilité, son travail à l’os de la douleur… Et je ne fus pas déçu.... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 décembre 2011

Joyeux Noël 2011

Chers visiteurs, Pour noël, je souhaiterais deux choses : que l’on consacre plus de temps à connaître l’Homme et au-delà que l’on s’engage sur le chemin du bonheur. Pour cela, je ne pouvais me référencer que d’un maître : Montaigne ! En effet, il ne s’agit pas de croire en l’homme, ni de le mépriser, encore moins de le haïr. Il s’agit de le connaître et de le reconnaître en chacun. C’est l’humanisme vrai, qui n’est pas une religion mais une morale. Montaigne a dit ici l’essentiel: « Tout homme porte en lui la forme... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 15:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 décembre 2011

Incident de personne, Eric Pessan

Eric Pessan sonde avec pudeur l’âme humaine L’histoire est simple. Enfin, en apparence. Un train, un homme au bout du rouleau qui regagne son domicile nantais où l’attend un paquet d’“emmerdements” qu’il avait fuis durant quelques mois à Nicosie. Soudain, en rase campagne, survient un  incident de personne . Bloqué dans ce wagon, il entame alors un dialogue particulier avec sa voisine. Une jolie inconnue. Entrelacement du je et du vous. Il lui parle d’enfance, de solitude, de son existence ténébreuse à laquelle il... [Lire la suite]
22 décembre 2011

Le club des incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia

Pour Jean-Michel Guenassia, "l'optimisme est l'élégance des désespérés" Nous nous sommes rencontrés, un jour d’été 2009. Jean-Michel Guenassia n’était pas encore le « bankabble » qui quelques mois plus tard remportait le Goncourt des Lycéens. Je l’intriguais : moi, cet étrange Bruxellois qui avait fait le voyage jusqu’à Paris pour le rencontrer lui, qui n’était encore qu’un inconnu publiant son premier roman au crépuscule de la cinquantaine. Force est d’avouer que ma motivation était liée à un réel coup de cœur. Depuis... [Lire la suite]
21 décembre 2011

Tc Boyle, les femmes

Avec ses piercings et sa dégaine à la Ravachol, T.C. Boyle cultive vaillamment sa punkitude, ce qui ne l'empêche pas d'être l'éminent professeur d'une université californienne où il dit pratiquer son métier comme un sacerdoce. "Je suis un prédicateur, pour la cause de la littérature", confesse ce romancier de 62 ans qui a grandi dans un milieu ouvrier avant de monter un groupe de rock et de se frotter à l'écriture pour imiter son auteur fétiche, John Cheever. Aujourd'hui installé à Santa Barbara dans une maison dessinée par Frank... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 décembre 2011

Le témoin, Agnès Michaux

Agnès Michaux plonge au cœur de la tragédie des Romanov BRUXELLES - Printemps 1918, Ivan, jeune soldat, escorte le tsar Nicolas II et sa famille vers leur dernière demeure, une cave d'Ekaterinbourg, théâtre sanglant de leur exécution. Sur les traces de l'exil, l'auteur décrypte l'âme d'un peuple et la nostalgie d'un monde qui s'évanouit. En filigrane, elle explore les arcanes de l'intime, de la passion. La trame historique, prétexte à un grand roman d'amour ? "Amours au pluriel ! Amour filial, entre hommes et femmes, mais... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,