26 septembre 2015

On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en s'en allant, Marie Griessinger

Bien sûr, il y a la maladie, celle à corps de Lewy. Mais c'est avant tout un roman d'amour qui conte l'histoire merveilleuse d'un homme et d'une femme: "Ils semblent qu'ils aient perdu toute objectivité l'un pour l'autre, qu'ils traversent l'existence comme un seul être". Et Marie Griessinger de réconcilier Platon et l'Androgyne. Son père, l'océanographe, l'Algérois à la peau salée, débarqué en 1969 à Tiputa, Polynésie Française, "était parti au bout du monde et y avait retrouvé ses racines", Elle. Elle, l'institutrice, l'Oranaise,... [Lire la suite]

19 septembre 2015

Plus doux que la solitude, Yiyun Li

Fildefériste des émotions, du sentiment, de la nostalgie... Yiyun Li réussit un magnifique roman soutenu par une plume classique, poétique, aérienne. *Nous sommes dans les années 2010. Chinoises émigrées aux Etats-Unis, Ruyu et Moran vivotent dans l'anonymat des banlieues de Californie et du Midwest. Si Ruyu semble heureuse après deux divorces, Moran souffre terriblement du sien. Leur ami d'enfance Boyang, entrepreneur resté en Chine, accumule les conquêtes sans lendemain tout en veillant sur leur aînée Shaoai, gravement... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2015

Courrier des tranchées, Stefan Brijs

Sans doute le meilleur roman flamand sur la Première guerre mondiale... Pas moins! Stefan Brijs livre avec "Courrier des tranchées"  une formidable épopée picaresque explorant les heures sombres de la Grande Guerre, le courage et la lâcheté, l'espoir et l'amitié, le désir et le manque... L'histoire? Londres, quatriers populaires, aux premières heures de 1914. John Patterson, 19 ans, refuse de s'enrôler. Au diable la violence du conflit, l'enthousiasme du peuple. Bercé par Keats, Thackeray et H.G. Wells, lui,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 septembre 2015

Mélodie du temps ordinaire, Mary McGarry Morris

Sans doute l'un des grands romans de la littérature made in USA! Un pavé de 850 pages pour conter, sous forme chorale, l'Amérique des année 60, dans une bourgade du Vermont. On y retrouve les accents de Steinbeck, le déracinement, l'alcool, la débrouille, la violence quotidienne, les non-dits, les secrets, le passage à l'âge adulte...  L'histoire? Nous sommes en 1960 à Atkinson, petite ville ordinaire du Vermont. L'été est brûlant. Divorcée d'un ivrogne pathétique qui vient encore parfois cogner la nuit à sa porte, Marie... [Lire la suite]
04 septembre 2015

Mes amis, Emmanuel Bove

Magnifique (re)découverte lors du "Benoît Poelvoorde "L'intime Festival" 2015, "Mes amis" se révèle une perle d'humour, de causticité, d'amour et de lucidité. Plongez dans ce grand roman publié en 1924... *Il y a des personnages littéraires assez forts pour devenir des prototypes d’un trait de caractère humain (Harpagon et l’avarice, Rastignac et l’arrivisme, Oblomov et la paresse…). Et puis, plus subtilement, il y a des personnages qui, sans nous résumer, rassemblent avec une perspicacité frappante plusieurs de nos traits. ... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 septembre 2015

Neverhome, Laird Hunt

Avec son allure US de l'Indiana, ses bottes à boucles, sa chemise en jean's ouverte sur un torse puissant et dont les pans se meurent sur un pantalon de la même toile, Laird Hunt s'inscrit tant comme un disciple de Richard Ford (observateur critique) qu'un enfant de Gary, fasciné par le féminin. Et c'est encore un hommage aux femmes qu'il rend dans "Neverhome". Plongeant au coeur de la guerre de Sécession, il conte l'histoire de Constance, une épouse qui part au front en lieu et place de son époux. "J'étais forte, lui pas, ce fut... [Lire la suite]

02 septembre 2015

Le voyant, Jérôme Garcin

C'est l'histoire d'une comète, d'un homme ex-tra-or-di-naire. Il a eu mille vies en une qui fut pourtant très courte, mort à 47 ans. C'est donc l'histoire de Jacques Lusseyran. Né en 1924, aveugle à l'âge de 8 huit ans, étudiant brillant, écrivain, résistant de la première heure, déporté à Buchenwald... Interdit d'université en France à cause de son handicap, il partira professer aux USA, où il sera l'un des plus brillants enseignants de littérature française... Bref, un homme incroyable, oublié de l'Histoire et que conte Jerôme... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 août 2015

Petit filet garni pour finir l'été en beauté...

L'Année dernière à Saint-Idesbald, Jean Jauniaux Idesbald est clochard à Bruxelles. Il s’abrite souvent dans une bibliothèque où, grâce à la bonne volonté d’un employé accueillant, il crée un blog et y écrit des histoires entendues ou inventées lors de ses errances. On y rencontre des protagonistes aussi inattendus que le roi des Belges, un grand-père survivant de la Grande Guerre, un petit garçon perdu dans l’Exposition universelle de 1958, une réfugiée rom sur les traces de Rimbaud … De sa plume ciselée, pointilliste, Jean... [Lire la suite]
14 août 2015

Pourquoi cette puissance..., Françoise Lalande

Enoooorme coup de coeur! L'auteur de "Madame Rimbaud" sait nous séduire, en découvreuse de vie. Et, ainsi revient-elle dans son dernier roman "Pourquoi cette puissance...", explorant le monde des poètes maudits, contant l'incroyable parcours de Germain Nouveau, compagnon d'aventures de Rimbaud. Voilà un homme libre, beatnik avant l'heure, qui parcours les routes d'europe (Paris, Bruxelles, Londres...), ira jusqu'en Orient où il exercera divers métiers, traficotera dans les zones obscures..., avant de revenir dans son village natal... [Lire la suite]
10 août 2015

Herzog, La planète de Mr. Sammler, Saul Bellow

Les héros de Saul Bellow ne connaissent pas la paix. Ils s’agitent autour des autres ou les autres s’agitent autour d’eux. Une eau-de-vie portée à ébullition. La présence de la folie souffle à l’intérieur de chacune des phrases pour les soulever haut et les laisser retomber aussitôt. Son thème : l’homme et la société. Le grand écrivain américain Saul Bellow (1915-2005) est le peintre agressif de la complaisance des sentiments.  *On a accusé le Prix Nobel de littérature 1976 d’être masochiste, conservateur, misogyne. Femmes... [Lire la suite]