01 juin 2013

L'ombre d'un homme, Bénédicte des Mazery

Bon, heeeuuuuu, comment dire? Moi qui suis agnostique, je vais peut-être finir croyant car là je viens de vivre un miracle: deux heures trente plongé dans "L'ombre d'un homme", de Bénédicte des Mazery. Un miracle, dis-je! D'une grande sobriété, servit par une plume limpide, claire, toujours respectueuse, ce roman conte l'amour, les sentiments, la guerre, l'horreur, lève le voile sur ces personnes dites "demi-juives" dont on parle peu, trop peu; explore la culpabilité, l'impossibilité d'oublier... Cent-cinquante pages ténues,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 mai 2013

Aurora, Kentucky - Carolyn D.Wall

Une évidence! Un livre incontournable! Une plongée en apnée dans l'Amérique profonde...  L'histoire? Nous sommes en 1938, dans le Kentucky marqué par la pauvreté, conséquence de la dépression, et le racisme profond. Olivia Harker, s'échine à tenir avec son petit-fils, William, l'épicerie héritée de son père et héberge sa mère à moitié folle. Seule consolation, son amour payé de retour pour William et la présence des loups descendants de ceux rapportés d'Alaska par son grand-père. Dans l'ombre, le sinistre Arnold Phelps et sa... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 08:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 février 2013

06h41, Jean-Philippe Blondel

M-A-G-I-S-T-R-A-L !!!! Balayées chroniques, critiques, analyses... Au diable! Ici, il n'y a rien à dire. Il est des livres comme çà, ils sont une évidence. Point. Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte. Et le dernier opus "06h41"de Jean-Philippe Blondel est de ceux-là!  L'histoire? A Troyes, un lundi matin, Cécile Duffaut et Philippe Leduc, s'assoient par hasard l'un à côté de l'autre dans le premier train qui les mène à Paris. Au premier coup d'œil, ils se reconnaissent mais n'en laissent rien paraître. Ils... [Lire la suite]
27 janvier 2013

Infidélités, Vita Sackville-West

Elégance, même dans les amours ratés qu’elle conte avec acidité et acuité, est le qualificatif qui convient le mieux à Vita Sackville-West ; en particulier, aussi, à ce recueil de six nouvelles « Infidélités ». Six histoires courtes où l’auteure sonde les hésitations du cœur. En quelques traits, elle pose une situation, une tension dramatique, souligne les détails. De la passion à l’habitude, d’une rencontre fortuite aux cruelles jalousies, de la solitude à la vengeance… elle explore à sa façon les amours défuntes,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 janvier 2013

L'ami retrouvé, Fred Uhlman

"Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s'exposent à ce qu'elle recommence", voilà qui pourrait servir de préambule à ce court récit. Cent pages à peine qui se révèlent le plus beau, le plus fort des plaidoyers contre l’intolérance. Cent pages d’intelligence pour lutter contre l’imbécillité humaine. Car les mots, souvent, laissent une trace indélébile ; gravés qu’ils sont,  même inconsciemment, dans nos mémoires, «L’ami retrouvé » de Fred Uhlman est une évidence, un livre à lire, une obligation à partager sans... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 décembre 2012

Sur les rives de l'Hudson, La splendeur des Lansing, Edith Wharton

Extrait  "Il y était enfin: la mer, la nuit, un vent de mars qui emportait des masses de nuages noirs sous les étoiles et projetait leurs ombres fuyantes sur les ondulations luisantes des vagues. C'était un vent  froid, mais Vance ne le sentait pas. La vieille affinité s'éveilla en lui, ce sentiment profond d'une puissance complémentaire qui remuait ces infinités en faisant vibrer son être intime. Il descendit vers la plage et s'y allongea, laissant la mer et la nuit le pénétrer de rafales passionnées. Il se... [Lire la suite]

24 novembre 2012

La marche de Radetzky, Joseph Roth

Trop marqué par la trilogie de Miklos Blanffy (la XXème heure 2 janvier 2012) ou l'oeuvre de Sandor Marai, j'ai longtemps hésité à me plonger dans le si célèbre "La marche de Radetzky" de Joseph Roth. Et pourtant, voilà le roman par excellence de "L'apocalypse joyeuse" - celle d'une caste et d'un d'empire.  Rythmé par le tempo d'une marche militaire chère à Strauss, Roth entraîne son lecteur vers la fin du (d'un) monde à travers trois générations de von Trotta, dont le destin semble indissociable de celui du dernier des... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 novembre 2012

De sang-froid, Truman Capote

Avec "De Sang Froid" , Truman Capote ouvre une nouvelle voie à la littérature: celle du roman-réalité. Nous sommes en 1959, Holcomb, Kansas. Un fermier, sa femme et leurs deux enfants, profil parfait de la famille puritaine modèle, sont sauvagement assassinés. Sans mobile apparent, tant la somme dérobée - quelques dollars, est dérisoire. Les coupables ? Perry Smith et Dick Hickock.  Interpellé par un article de presse relatant le macabre fait divers, Truman Capote y décèle la matière d’un roman et décide de relater... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juillet 2012

Voyage avec ma tante, Graham Greene

Depuis que j'ai redécouvert Graham Greene (voir La XXVème heure des 25 et 26 juin), il ne me quitte plus. Sorte de plongée sans fin dans l'univers de cet auteur qui fut l'un des plus proches amis d'Evelyn Waugh (une autre de mes références absolues). Bien entendu, j'ai relu les romans dits du cycle catholique, ceux d'espionnage et de divertissement... Mais là, je découvre encore une nouvelle facette de Greene, celle de l'humour avec tout ce quelle contient de So British. "Voyage avec ma tante" se révèle drôle, fin, élégant,... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 juin 2012

La Puissance et la gloire et autres romans, Graham Greene

  *Les trois premiers romans de ce volume sont les plus grands, les plus achevés de l'œuvre de Greene, s'articulant tous autour des mêmes thèmes: Dieu, la Grâce et le Salut. Seulement Greene est un transfuge du protestantisme, et le regard qu'il promène sur l'univers du catholicisme peut, entre deux éblouissements, se montrer d'une impitoyable acuité. Il sait, comme elles le savent depuis que Valéry leur a assené cette révélation, que les civilisations sont mortelles et le christianisme n'échappe pas à la dure loi commune.... [Lire la suite]