12 février 2012

La splendeur des âmes, Edith Wharton

Voilà une nouvelle raison de me réjouir: Edith Wharton publiée chez Omnibus! Cinq romans en un volume sous le titre "La splendeur des âmes": Chez les heureux du monde (dont la XXVème s'était déjà fait l'écho le 29 décembre 2011) Les Beaux Mariages Eté Le Temps de l'innocence La Splendeur des Lansing Edith Warthon demeure un modèle. Une femme pour les femmes. Revendiquant sa liberté, s'affichant comme une boucanière dans ce monde new-yorkais trop étriqué et dont elle était issue. Européenne d'adoption – elle passa une... [Lire la suite]

10 février 2012

Les vestiges du jour, Kazuo Ishiguro

Même si un butler possède la dignité, qu'en est-il de sa grandeur? se demande Stevens, le très sourcilleux majordome de lord Darlington. Le monde est une roue qui tourne autour du moyeu des maisons anglaises «distinguées», où ducs et lords ont toujours construit la politique de leur pays sous les yeux de valets plus aristocrates encore que leurs maîtres. Avec "Les vestiges du jour", Ishiguro, Booker Prize 1989, dissèque la période des années 30, où Ribbentrop était l'invité des fascistes anglais tels qu'Oswald Mosley ou le marquis... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 février 2012

Les Hauts de-Hurlevent, Emily Brontë

Bon, pas de détour! Elle n'a publié qu'un roman, mais quel roman! un grand roman, un grand classique universel et moderne, à lire absolument. Les Hauts de-Hurlevent sont la propriété de Mr Earnshaw. Un jour, il ramène de voyage le jeune Heathcliff, un bohémien qu'il a découvert sur la route. L’enfant deviendra l'ennemi juré de son fils Hindley mais surtout, partagera un grand amour avec sa fille Catherine. Malgré ses sentiments, cette dernière préfèrera faire un mariage selon son rang en épousant un de ses voisins, Edgar Linton.... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 février 2012

Un diamant gros comme le Ritz, F. Scott Fitzgerald

Bienvenue dans l'Amérique des années folles, fascinée par le faste, le clinquant, les exilés millionnaires de l'après-guerre ou les luxueux rivages européens. Les vingt-sept nouvelles, écrites entre 1920 et 1940, qui composent ce livre nous offrent le plus émouvant témoignage sur la vie des écrivains américains, leur solitude et leurs démons, les femmes, l'alcool. En filigrane, un magnifique portrait de l'auteur lui-même dont toute la vie, les souvenirs, les passions et les malheurs ont servi à nourrir l'œuvre. Envoûtants, reflets... [Lire la suite]
03 février 2012

Le fil du rasoir, William Somerset Maugham

Bon on va y aller sans détour : chef-d’œuvre! Un univers, une plume, du talent, de l’intelligence et pas un moment d’ennui…. Ecrit en 1944, Le fil du rasoir débute lors de la Première Guerre mondiale, pour s'étendre à la crise de 1929 et à la Grande Dépression. Roman de formation, il suit les destins de Larry, garçon idéaliste, ancien pilote de chasse, marqué par les combats, et d'Isabel, ravissante jeune fille qui ne peut imaginer l'existence sans argent ni confort. Autour d'eux, vieilles dames et dandys... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 janvier 2012

Toute passion abolie, Vita Sackville-West,

  L'élégance. Ni Lady Slane, l’héroïne octogénaire de "toute passion abolie", ni l’auteur de ce roman publié en 1931 ne pourront s’en départir. Après la mort d’Henry Lyulph Holland, premier comte de Slane, un homme vénérable dont la carrière et la longévité auront suscité l’admiration de tous, enfants et veuve se réunissent. On imagine bien qu’il va être question d’héritage et du sort de la comtesse, des arrangements vont être pris, les descendants Slane veulent décider du sort de leur mère car Grâce à Dieu, Mère n’est... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 janvier 2012

John Irving... les retrouvailles!

Je l’avais lu à l’adolescence, émerveillé par ce livre fondateur qu’était le « Monde selon Garp ». Ensuite, il m’avait plus ou moins accompagné, plutôt moins que plus d’ailleurs. Sans doute, les rivages de l’innocence s’éloignant peu à peu, n’accordais je plus à Irving l’importance qu’il méritait. Sans doute aussi mes vagabondages et mes voyages littéraires m’entraînaient vers d’autres horizons. Pourtant, quelque 20 années plus tard, il revint à moi par le hasard d’une quête personnelle… une sorte d’apprentissage inversé. Et... [Lire la suite]
16 janvier 2012

Richard Wright, Black Boy

Dans mes pérégrinations au coeur de la littérature américaine, j'avais toujours reporté l'heure d'aborder Richard Wright. Sans doute une certaine réticence face au sujet. Probablement une crainte de ce qu'on pouvait y décrire - une violence raciale brute, sauvage- sans atermoiement de bons sentiments visant à ménager le lecteur. Mais là, j'ai dépassé mes préjugés en poussant la porte de son univers et directement par la face sud, la plus abrupte, sans aspérité: Black Boy. Roman autobiographique sans concession. Un choc! Dès les... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 janvier 2012

La trilogie transylvaine, Miklos Banffy

Miklós BANFFY (1873-1950). Né à Cluj (aujourd'hui en Roumanie), il est le prototype de ces aristocrates de Transylvanie — élevés souvent dans la tradition calviniste — qui ont toujours eu à coeur, semble-t-il, d'incarner la part la plus remuante du génie hongrois. Un destin de premier rang semblait promis à cet homme « bien né », riche de talents, de culture et d'ambition. Promesse un temps tenue : Miklós Banffy sera au début du siècle un écrivain fêté, un administrateur de théâtre curieux de la modernité, un homme politique... [Lire la suite]
01 janvier 2012

Sur la plage de Chesil, Ian McEwan

Début d’année 2012 version « waow » : Sur la plage de Chesil de Ian McEwan, acheté il y a quelques mois, sous l’influence hypnotique de Gérard Collard, ce libraire aussi allumé que TC Boyle, chroniqueur affublé d’une incroyable houppette, propriétaire de « La Griffe Noire » (voir lien XXVème heure). Gérard, c’est un ovni. Il parle des livres avec 150 mots de vocabulaire, sait trouver les arguments car il aime réellement les ouvrages et les auteurs qu’il plébiscite (disons-le, il se trompe rarement) !... [Lire la suite]
Posté par didier debroux à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,